POUR AVOIR REQUIS L’INCULPATION DU PREMIER MINISTRE, LE PROCUREUR LIMOGÉ

news-details
Haïti

Rebondissement dans l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, abattu chez lui, le 7 juillet dernier, en Haïti. Le procureur Bed-Ford Claude, qui demandait que le Premier ministre, Ariel Henry, soit interdit de quitter le territoire haïtien "en raison de la gravité des faits exposés", est limogé, par le mis en cause.

Il « existe suffisamment d’éléments compromettants » justifiant de « poursuivre M. Henry et de demander son inculpation pure et simple », avait requis hier mardi, 14 septembre, Bed-Ford Claude, qui avait déjà convié le chef du gouvernement vendredi à se présenter mardi au parquet. Il avait affirmé qu’Ariel Henry avait eu des conversations téléphoniques avec Joseph Félix Badio, l’une des personnes activement recherchées dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Jovenel Moïse. Ces appels auraient eu lieu quelques heures après la mort du président.

« J’ai l’avantage de vous informer qu’il a été décidé de mettre fin à votre fonction », a répliqué le chef du gouvernement dans une lettre rendue publique. Il estime que le commissaire du gouvernement s’est rendu coupable d’une « faute administrative grave ».

Le Premier ministre, bottant en touche, évoque, à son tour, des « manœuvres de diversion pour semer la confusion et empêcher la justice de faire sereinement son travail. » Mais, celles-ci "ne passeront pas. Les vrais coupables, les auteurs intellectuels et les commanditaires de l’assassinat odieux du président Jovenel Moïse, seront trouvés, traduits en justice et punis pour leur forfait. »

En face, l’avocat Samuel Madistin déplore une politisation de la justice par les deux clans qui s’affrontent au sein du gouvernement : « Les actes posés par le commissaire du gouvernement contre le Premier ministre n’ont rien à voir avec le droit et la justice. Ce sont des actes politiques, qui entrent dans la lutte pour le contrôle du pouvoir politique. »

Du côté de la société civile, c’est l’inquiétude sur l’issue du dossier.

Vous pouvez réagir à cet article