image

"POUR BEAUCOUP DE CHEFS D’ÉTAT, C’EST BON DÉBARRAS !" (EMBALO)

image

"Il (Alpha Condé) s’est fait de nombreux ennemis inutilement et il le paye aujourd’hui". C’est une affirmation du président Bissau-Guinéen, Umaro Sissoco Embaló, s’entretenant avec Jeune Afrique, en marge de sa visite en France.
Parlant toujours du président déchu guinéen, Alpha Condé, Embaló révèle qu’il "attaquait Mahamadou Issoufou et, en Guinée-Bissau, il a voulu financer un coup d’État. Pour beaucoup, c’est bon débarras. Certains évitaient d’entrer en conflit avec lui mais, moi, je lui disais les choses en face. Macky Sall aussi."
Selon lui, le président déchu devrait saisir "l’occasion de se retrouver face à lui-même et de regarder ses fautes en face."

Embaló, qui discute également avec Assimi Goïta, tombeur d’Ibrahim Boubacar Keïta et nouvel homme fort du Mali, l’appelle "mon jeune frère." "Je suis très attaché au Mali, pays de ma mère. Je lui prodigue mes conseils comme je l’avais fait avec Bah N’Daw. Nous nous parlions beaucoup et étions très proches. S’il avait suivi mes recommandations, il serait encore président."

Par ailleurs, confie-t-il, sur la possibilité de voir le groupe privé russe Wagner s’implanter au Mali, "je m’en suis entretenu avec Assimi Goïta et lui ai directement posé la question. Il m’a répondu qu’il ne s’agissait que de spéculations. Je lui fais confiance. Il veut conserver une relation avec la France, il me l’a dit.". Ce, malgré la déclaration du Premier ministre malien, Choguel Maïga, sur l’échec de l’intervention française.

Dié BA

20 octobre 2021