image

POUR UNE REDÉFINITION DE LA PLACE DES FEMMES DANS LES MÉDIAS

image

La place de la femme dans les rédactions reste une question à redéfinir. À l’occasion de l’assemblée générale de l’UPF, la journaliste Adama Diouf considère que plusieurs paramètres doivent être pris en compte pour l’épanouissement de la femme dans les médias.

À l’occasion du lancement de l’assemblée générale de l’Union de Presse Francophone (UPF), ce lundi 25 juillet, les journalistes sont revenus sur la place des femmes dans les entreprises de presse. Comment faire pour que les femmes accèdent davantage aux postes de responsabilité dans les rédactions ? La plaidoirie est lancée. Journaliste à l’Agence de la Presse Sénégalaise (APS), Adama Diouf estime que la place des femmes dans les rédactions doit être redéfinie.

« Considérant la performance et la compétence, la femme est au même niveau que l’homme. Mais de tous ces aspects qu’ils partagent, la femme dispose d’une spécificité : son rôle social. Ce coté de la femme doit être pris en compte pour qu’elle puisse s’épanouir dans sa profession », souligne-t-elle.
Ce rôle social lui confère d’autres responsabilités de plus que les hommes, selon Adama Diouf. « Il faut savoir que la maternité influe dans le travail des femmes. Certaines responsabilités peuvent être contraignantes », déclare le membre de l’UPF. Avant de proposer que « des mécanismes doivent être mis en place notamment la mise en place de crèche dans les entreprises. »

C’est autant de paramètres qu’il faudrait prendre en compte. « Pour être dans les sphères de décision, c’est aux femmes d’être présentes sur le terrain et de rester compétentes. L’entraide entre femme est aussi importante », conclue-t-elle.

M. GUÈYE (Stagiaire) avec A. S. DIOP (Envoyé spécial)

27 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article