image

"POURQUOI C’EST UNE DÉFAITE POLITIQUE POUR MACKY SALL" (ALIOUNE TINE)

image

Le Jury du Dimanche a donné la parole à Alioune Tine, fondateur du think tank Afrikajom. Sur les ondes de la 90.3 Iradio, il a fait sa lecture des résultats des élections locales de dimanche dernier. "C’est une victoire électorale pour le camp du pouvoir de façon globale sur le plan quantitatif, note-t-il. Mais, c’est une défaite politique pour eux. Perdre Dakar c’est déjà une défaite politique. Parce que le pouvoir a beaucoup investi à Dakar. Ils ont gagné et c’est une victoire électorale sans bavure mais, il me semble que dans les zones urbaines il faut avoir une autre lecture. J’ai l’impression que les événements du mois de mars ont atterri dans les urnes".

"l’usure du pouvoir commence à se faire sentir au Sénégal"

Poursuivant son diagnostic, Alioune Tine analyse les causes profondes de la défaite de Benno dans les grandes villes : "Quand vous regardez un peu les zones qui ont le plus bougé c’est Dakar, Ziguinchor, Diourbel, Thiès. Donc, ma lecture c’est qu’il y a beaucoup de ressentiments, il y a beaucoup de bruits de fond dans ces élections qu’on n’a pas ressenti. Des gens qui ont nourri des frustrations depuis longtemps etc. Je dirai qu’il y a le désenchantement dans les zones urbaines, le ressentiment profond de beaucoup de couches sociales".

Selon l’invité du Jury du dimanche, l’usure du pouvoir commence à se faire sentir au Sénégal. "Il y a une nécessité absolue pour le pouvoir de bien lire le message et de savoir rebondir, observe-t-il. Le président de la République devrait lire le message et s’interroger pourquoi effectivement il a été sanctionné dans les zones urbaines. Et surtout à Dakar parce que l’écart entre Diouf Sarr et Barthélemy Dias est énorme. Il faut également mettre fin à la politisation de l’administration et la politisation tous azimuts. Il faut aussi investir sur la bonne ressource humaine. On a presque revu les mêmes attitudes d’arrogance qui avaient entraîné l’ascension de Wade."

"Nous avons un excellent système électoral"

Parlant toujours des élections locales, Alioune Tine pense que nous avons un excellent système électoral. Donc, insiste-t-il, il faut arrêter d’agiter l’épouvantail la fraude. "Il faut faire preuve de bonne foi qu’on soit de l’opposition ou du pouvoir. Nous connaissons les élections depuis 1993, il faut dire que nous avons un bon système électoral. Il faut qu’on arrête chaque fois de mettre en doute le système électoral. Sur le plan républicain il faut qu’on ait un consensus pour en faire un acquis définitif. Il est évident qu’il y a toujours des problèmes dans les élections mais on a un système qui, sur le plan universel, répond au standard des élections transparentes et démocratiques", relève-t-il.

Cheikh Moussa SARR
Photo : Pape Doudou DIALLO

30 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article