image

POURQUOI BAMBA DIÈYE EST « TOTALEMENT OPPOSÉ » À TOUTE FORME D’AMNISTIE

image

Le chef de l’État a demandé au ministre de la Justice de trouver la meilleure voie pour permettre à des personnes qui ont maille à partir avec la Justice de recouvrer leurs droits civiques et politiques. Il s’agit, soit d’une amnistie ou d’une modification du code électoral. Invité de l’émission Jury du Dimanche sur la 90.3 IRadio, Cheikh Bamba Dieye du Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubël (Fsd/Bj) est très préoccupé par ces sujets parce qu’ils posent, selon lui, deux problèmes. « Le premier, c’est est-ce que les politiques au Sénégal doivent se payer la tête des citoyens ? Ou est-ce qu’il faudrait faire de sorte que les lois de la République soient des lois personnelles et de portée générale ? », s’interroge-t-il. Avant de répondre pour dire que : « nous avons eu plusieurs amnisties dans notre pays. Comment justifier devant les citoyens la liberté que nous aurons nous acteurs politiques de faire ce que nous voulons de l’argent du pays, de la sécurité des citoyens, des biens des citoyens et qu’à la fin on se réunit pour encore aller à l’Assemblée nationale et effacer tout.

Quelle est la qualité ou le crédit à apporter à un acteur politique qui doit sa survie à une amnistie. Ça, c’est un problème de fond qu’il faut poser ». Est-ce la solution ? Il rétorque : « je ne pense pas que ça soit la solution. Je suis totalement opposé à toute forme d’amnistie. Parce que ce qui n’est pas offert aux citoyens sénégalais ne doit pas l’être à disposition des acteurs politiques. Les vis on doit les serrer beaucoup plus pour ceux qui gèrent les deniers publics et pour ceux qui ont les destinées de ce pays entre leurs mains ».

Par ailleurs, il n’est pas surpris d’entendre Karim Wade refuser l’amnistie. « Pour la bonne et simple raison que si vous devenez président de la République même si on a effacé l’infraction dans la tête des gens, ce phénomène-là ne sera jamais enlevé. Et la politique doit être conforme à ce que nous pensons, ce que nous entendons et ce que nous croyons.
Il faut mettre de côté l’amnistie, réviser le code électoral, laisser la liberté seule aux juges de décider si tel ou tel mérite de participer aux élections », préconise Cheikh Bamba Dièye.

Cheikh Moussa SARR
Pape Doudou DIALLO (Photo)

6 novembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article