image

POURQUOI L’ENVOYÉE SPÉCIALE DU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DE L’UA COMPTE SUR LES FEMMES

image

Une situation politique agitée. C’est ce que vit le Sénégal. Le Gouvernement annonce de présumés rebelles lors de la manifestation de Yewwi Askan Wi (YAW) à Dakar. L’opposant, Ousmane Sonko, accuse l’État de sabotage de son véhicule, visant son assassinat. Ahmed Suzanne Camara, militant de l’Apr, parti au pouvoir, appelle à ‘’tuer’’ le leader de Pastef. Le député Abdou Mbacké Bara Doli est envoyé en prison, suite à des propos jugés irrévérencieux à l’encontre du chef de l’État. Mme Bineta Diop qualifie ce cocktail, apparemment explosif, comme celui de 2011.

Invitée à l’émission le Jury du Dimanche, L’Envoyée spéciale du président de la Commission de l’Union Africaine (UA) constate, avec regret, les prémices de conflits préélectoraux qui germent. Mais, elle dit compter sur les femmes.

« Les femmes sénégalaises, de tout bord, doivent se mobiliser à nouveau pour pousser les acteurs vers l’essentiel. Qui est de préserver notre environnement. J’exhorte les femmes à se mettre entre les lignes médianes. Elles peuvent appartenir à différents partis politiques, mais elles doivent toutes savoir que nous avons le bien commun qui est le Sénégal. Je suis là pour aider les femmes à faire la médiation en douce. Les femmes africaines ont toujours fait des médiations, c’est le cas au Libéria, en Sierra Léone… Il y a également les responsabilités partagées de l’État et des opposants. On connaît les dynamiques. Chacun a besoin d’être aux commandes, de partager les ressources, chacun se voit à la place de l’autre, c’est pourquoi nous disons qu’il faut mettre les femmes au cœur du système ».

À la question de savoir si la situation au Sénégal est préoccupante ? L’envoyée spéciale reste optimiste. La fondatrice des Femmes Africa Solidarity pense qu’elle est gérable. « Le Sénégal a une histoire démocratique que tout le monde envie. On arrive toujours à tirer l’épingle du jeu. En 2012, ce sont les religieux que l’on allait voir. Il faudrait une inclusion sociale, les ressources, il faudrait les partager, mais faisons le dialogue, assoyons-nous autour de la table, mettons-nous ensemble et faisons en sorte que l’on puisse transcender et dépasser cette situation », a-t-elle indiqué.

Babacar FALL
Abdoulaye SYLLA (Photo)

12 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article