image

POURQUOI LA COHABITATION A ÉTÉ ÉVITÉE DE JUSTESSE

image

Les élections locales et législatives ont confirmé une avancée de l’opposition qui a titillé le pouvoir sans pouvoir lui imposer une cohabitation à l’Assemblée nationale. Ce rapport de forces s’est manifesté aussi physiquement par des coups de poing, coups de pied, gifles, micro arrachés ou encore urne emportée. C’est dans ce contexte que Amadou Ba a été nommé Premier ministre à la suite de la restauration du poste.

Organiser trois élections en une année, le Sénégal a réussi cette prouesse en 2022. Il s’agit des élections locales en janvier, les Législatives en juillet et le renouvellement des membres du Haut conseil des collectivités territoriales en septembre. Mais les deux premiers scrutins ont mis en exergue une redistribution des cartes dans le jeu politique. La coalition au pouvoir a perdu quelques villes importantes au profit de Yewwi askan wi. Cette dernière coalition de l’opposition rafle 4 des 5 villes de la capitale à savoir Dakar, Rufisque, Keur Massar et Guédiawaye. Longtemps indéboulonnable à Thiès qu’il tient depuis 2000, Idrissa Seck, soutien de Macky Sall depuis le 1er novembre 2020, qui devait faire avec Bby « 78 %» (58 +20), cède son fief à Yewwi qui confirme lors des Législatives en s’adjugeant les 4 sièges du département. Babacar Diop succède à Talla Sylla. Ousmane Sonko accède à son premier poste électif en remportant la mairie de Ziguinchor. Mais Bby conserve quelques villes stratégiques comme Kaolack, Saint-Louis, Louga, Mbour, de même que son « titre foncier », le Fouta…

L’équilibre des forces
Si le Président Macky Sall assure avoir gagné 80% des collectivités territoriales, l’impression qui se dégage est une percée de l’opposition qui sera confirmée par les élections législatives. Ce rapport qualité-quantité s’est confirmé aux Législatives. Bby perd sa majorité et l’inter-coalition formée par Yewwi et Wallu prend 80 sièges, (53 pour Yewwi et 27 pour Wallu) alors que Benno gagne 82 députés. De 127 en 2017, le camp présidentiel a vu son électorat s’éroder considérablement. Il a suffi le ralliement de Pape Diop après les élections pour permettre à Benno de garder une majorité avec 83 des 165 sièges. Cette année 2022 a aussi été marquée par l’entrée de Pape Djibril Fall à l’Assemblée nationale tout comme l’activiste Guy Marius Sagna.

Amadou Ba en « sauveur » de Bby
Au terme de deux élections, des cadres de Benno se sont effondrés. Abdoulaye Diouf Sarr a été stoppé dans sa marche vers la Ville de Dakar, Amadou Ba a été battu aux Parcelles Assainies et Aminata Touré, tête de liste nationale de Bby n’a pas été retenue par Macky Sall comme présidente de l’Assemblée nationale. Par conséquent, l’ancien Premier ministre a basculé dans l’opposition et a déclaré sa candidature à la Présidentielle de 2024. Cette année a aussi été marquée par les actions peu reluisantes à l’Assemblée nationale. Du chaos du 12 septembre lors de l’installation de la 14e législature au coup de pied contre la députée Benno Amy Ndiaye « Gniby », l’Hémicycle est devenu le lieu des injures, de la violence physique et verbale. C’est dans ce contexte que Amadou Ba a été nommé le 17 septembre. Invisible, le Premier ministre cherche à trouver ses marques. Mis sur orbite par le Président dans les opérations de placement des cartes, Amadou Ba n’est pas encore le dauphin attendu. S’il a échappé à une motion de censure il y a quelques jours, 2023 pourrait être son année pour s’installer durablement en politique. Une année charnière où l’opposition compte aussi amorcer « l’offensive pour le départ de Macky Sall ».

Babacar Guèye DIOP

31 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article