POURQUOI LE DÉVELOPPEMENT DU SÉNÉGAL TARDE À SE CONCRÉTISER DEPUIS LES INDÉPENDANCES

news-details
LR DU TEMPS

Le manque d’organisation des collectivités, des communautés et de patriotisme qui doit accompagner la volonté politique, constituent autant de « contraintes » qui pèsent sur notre marche vers le développement et, qui font que nous n’avons pas su nous élever depuis maintenant 60 ans que nous sommes dans le plein exercice de notre souveraineté nationale et internationale. Tel est l’avis d’Omar El Foutiyou Ba, économiste et spécialiste en planification et suivi en évaluation, l’un des invités de ’’LR du temps’’, ce dimanche 17 février , émission présentée par Alassane Samba Diop sur iRadio (90.3)

54% de Sénégalais vivent au dessus du seuil de la pauvreté

Le second invité, Dr Mame Cheikh Ngom, enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) et géographe, pointe « le manque de communication » comme autre limite. Il dit : « Le développement repose sur un ensemble d’indicateurs. Est-ce que nous sommes dans une dynamique qui peut nous permettre ici au Sénégal de parler de développement. Je crois que nous sommes très loin du développement. Nous sommes dans un processus de développement, là on est d’accord. Et tous les gouvernements qui se sont succédé, ont cherché à développer des stratégies. »

Toutefois, relève-t-il, « il est prématuré de parler de développement au Sénégal dans la mesure où nous étions dans le cercle des pays dits tiers-monde ou de pays sous-développés. » D’autant qu’indique-t-il, « maintenant, le terme qui est utilisé, c’est l’émergence. Il faudrait réfléchir en termes d’émergence d’autant plus que l’émergence est aujourd’hui au devant de la scène. On parle de pays émergents. »
Poursuivant, Dr Mame Cheikh Ngom déplore « l’absence de communication de l’Etat actuel » dans « la mise en branle de ses projets. »

Vous pouvez réagir à cet article