POURQUOI LE JUGE A LIBÉRÉ LA BANDE À MO KANIA

news-details
DASH PLAN

Le Tribunal des flagrants délits de Dakar a rendu son jugement dans l’affaire dite « Dash Plan ». Le juge n’a pas suivi le parquet qui avait requis, lors du procès, 1 an dont 3 mois ferme contre les prévenus Cheikh Béthio Thioune Ndiaye, Ibrahima Boye, Mamadou Gueye alias Mo Kania et Serigne Mansour Sall.

Le juge, statuant publiquement et contradictoirement en matière de flagrant délit a relaxé purement et simplement Cheikh Béthio Thioune et Ibrahima Boye. Il a déclaré Serigne Mansour Sall et Mamadou Gueye coupables des faits d’association de malfaiteurs et de collectes déloyales à caractère personnel et les a condamnés, chacun, à une peine de 6 mois avec sursis. Ainsi, tous les prévenus hument l’air de la liberté malgré le tollé qu’avait suscité cette affaire. Avocat de la défense, Me Aboubacry Barro, joint au téléphone par emedia.sn a expliqué ce qui a joué en faveur de ses clients.

D’abord, explique l’avocat, dans sa plaidoirie, il avait mis l’accent sur le fait qu’il était très difficile de prouver que ce sont les prévenus qui ont collecté les données. Ensuite, dit-il, « ils sont des délinquants primaires, des jeunes de rien du tout qui n’ont jamais eu maille à partir avec la justice. » Il s’y ajoute qu’à la barre, ils ont regretté les faits qui leurs sont reprochés non sans prendre l’engagement de ne plus le refaire. « C’est ce qui a guidé le juge par sagesse, par expérience et compréhension de statuer une décision clémente », a déclaré l’avocat qui se réjouit du jugement.

En effet, la Division spéciale de la cybercriminalité a mis aux arrêts ces quatre prévenus suite à la divulgation sur les réseaux sociaux d’une liste de contacts, noms et photos, de jeunes filles présentées comme des filles de mœurs légères. Pis, les mis en cause faisaient du chantage aux victimes en leur proposant des parties de jambes en l’air ou leurs réclamaient des sommes d’argent pour être retirées de la liste.

Vous pouvez réagir à cet article