POURQUOI LES PRO-TRUMP ONT ENVAHI LE CAPITOLE

news-details
ETATS-UNIS

C’est un fait inédit. Grave. La scène inimaginable. Des milliers de manifestants, acquis à la cause de Donald Trump ont envahi, le mercredi 6 janvier 2021, i la colline du Capitole à Washington plongeant dans la confusion la session du Congrès qui devait confirmer la victoire de Joe Biden. Des faits qui ont eu lieu peu après que le vice-président Mike Pence a annoncé qu’il ne pourrait pas s’opposer à la certification de la victoire de Joe Biden. Le vice-président répond ainsi directement à Donald Trump, dont il a été le fidèle lieutenant pendant les quatre dernières années. Les manifestations ont finalement viré au drame. Les manifestants ont fait irruption dans le bâtiment et la police a effectué des tirs de gaz lacrymogène dans la Rotonde pour les disperser. La femme blessée par balle dans le Capitole a finalement succombé à ses blessures.


UNE DÉMOCRATIE QUI BOITILLE

La situation était prévisible puisque Donald Trump a toujours refusé d’accepter sa défaite. D’ailleurs, lors d’une réunion exceptionnelle, il avait demandé à son vice-président Mike Pence de refuser de certifier la victoire du démocrate Joe Biden. « Nous n’abandonnerons jamais. Nous ne nous considérons jamais », avait-t-il lancé devant ses partisans réunis à Washington. Pour lui, ils avaient remporté cette élection . Ces manifestations ont fait réagir beaucoup de dirigeants politiques. Pour le président de l’Iran, Hassan Rohani, « la démocratie occidentale est fragile et vulnérable ». « Nous avons constaté que dans (les pays occidentaux), malheureusement, le terrain est prêt pour le populisme, malgré les progrès de l’industrie et de la science », a-t-il regretté à la télévision d’Etat avant d’ajouter : « Un populiste est arrivé (au pouvoir) et il a provoqué un désastre dans son pays pendant ces quatre années. J’espère que le monde entier et les prochains dirigeants à la Maison Blanche en retiendront la leçon ».

« La démocratie américaine boîte des deux pieds », a lancé sur son compte Facebook Konstantin Kosatchev, le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat russe. Et d’ajouter : « La partie perdante (NDLR Trump) a des raisons plus que suffisantes d’accuser les gagnants de falsifications ».

Le Président Français n’a pas été en reste. Emmanuel Macron dans une vidéo diffusée sur tweeter a fait savoir que la France se tient aux côtés des américains avec force, ferveur et détermination. « Nous ne céderons rien à la violence de quelques-uns notre lutte commune pour que notre démocratie sorte plus forte de ce moment que nous vivons tous », a déclaré le président français. « Même si je suis en complet désaccord avec le résultat de l’élection, et les faits me soutiennent, il y aura une transition ordonnée le 20 janvier », écrit Donald Trump dans un communiqué, ses comptes Twitter et Facebook ayant été suspendus. « Cela représente la fin de l’un des meilleurs premiers mandats présidentiels et ce n’est que le début de notre combat pour rendre sa grandeur à l’Amérique », a ajouté le républicain. Joe Biden a déploré en décembre le manque de coopération de l’administration Trump, notamment de la part de certains représentants du Pentagone. Pour lui, c’est inédit dans l’histoire moderne. Le symbole de la liberté, le capitole a été attaqué. C’est l’Etat de droit qui a été attaquée. C’est une valeur sacrée de l’Amérique qui a été attaquée. Les scènes de chaos au capitole ne montrent pas le vrai visage de l’Amérique, ne représentent pas ce que nous sommes. Ce que nous avons c’est un petit nombre d’extrémistes qui ne respectent pas le droit », a-t-il déploré.

Vous pouvez réagir à cet article