PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE : KONAN BÉDIÉ ET AFFI N’GUESSAN DÉPOSENT LEURS CANDIDATURES

news-details
AFRIQUE

En Côte d’Ivoire, les dépôts de candidatures pour l’élection présidentielle ont commencé. Après l’enrôlement du président Alassane Ouattara pour le RHDP [Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix] la semaine dernière auprès de la Commission indépendante électorale, Pascal Affi N’Guessan pour le FPI [Front populaire ivoirien], et Henri Konan Bedié pour le PDCI [Parti démocratique de Côte d’Ivoire] ont remis leur dossier ce jeudi 27 août.

Depuis plusieurs jours, le bal de militants et de photographes devant les locaux de la CEI est devenu quotidien. À quelques jours de la clôture des dépôts, six dossiers ont déjà été remis. Jeudi 27 août dans l’après-midi, Henri Konan Bédié, président du PDCI [Parti démocratique de Côte d’Ivoire] est venu porter sa candidature en main propre.

« Cette candidature, je la confie au peuple ivoirien, a-t-il affirmé. Cette candidature nous permettra de reconstruire une Côte d’Ivoire réconciliée avec elle-même, une Côte d’Ivoire de la paix, de la tolérance, du dialogue et du développement. »


Rassemblement pour une Côte d’Ivoire apaisée

Plus tôt dans la matinée, une autre figure de la scène politique ivoirienne, Pascal Affi N’Guessan, du FPI [Front populaire ivoirien], était venu déposer son dossier. Une procédure plus discrète. L’homme en a profité pour glisser un mot aux responsables de l’institution.

« Nous savons combien de fois le pays a souffert des élections qui n’ont pas répondu à l’attente de beaucoup de nos compatriotes et qui ont conduit à de graves conflits, a-t-il déclaré. C’est donc pour dire que votre responsabilité est grande. C’est pour cela que nous comptons sur vous pour que ces élections soient véritablement transparentes. »

Les deux candidats ont appelé au rassemblement pour une Côte d’Ivoire apaisée. Au lendemain de la radiation définitive de Laurent Gbagbo des listes électorales, son ancien allié Pascal Affi N’Guessan a d’ailleurs confié que sa première mesure s’il est élu, serait d’autoriser le retour de l’ex-président en Côte d’Ivoire pour sceller la réconciliation nationale.

Vous pouvez réagir à cet article