PROCÈS DE WALID HASSAN : LES LARMES DU PÈRE DES 3 ENFANTS TUÉS

news-details
TRIBUNAL DE DAKAR

Mariama, Maimouna et Mansour Diallo, âgés respectivement de 18, 15 et 11 ans ont été douloureusement arrachés de l’affection de leurs parents. Ils ont été froidement tués par un conducteur, en état d’ébriété. Ce dernier a, ce lundi, comparu devant la barre du tribunal des flagrants délits pour homicide involontaire et défaut de maitrise au volant. Les faits se sont déroulés dans la nuit du 7 au 8 juin dernier.

Walid Hassan était dans un restaurant-bar pour la célébration du mariage de sa meilleure amie. Il a quitté les lieux vers 3h du matin pour rentrer chez lui. Ivre, il a perdu le contrôle de son véhicule et a fini sa course dans une maison où il a tué trois guinéens qui dormaient paisiblement dans leur chambre.

À la barre, il a reconnu les faits qui lui sont reprochés avant de s’incliner à la mémoire des disparus. A l’en croire, il n’était pas lucide, ce jour-là, et a pris conscience de son acte une fois qu’il est sorti de son véhicule. Le père des enfants, Mamadou Yacine Diallo n’a pu se retenur. Il a pleuré toutes les larmes de son corps, plongeant ainsi la salle dans une tristesse totale. « J’ai tout perdu », a-t-il dit avant de craquer.

Les enfants saignaient encore au moment de l’inhumation

Mes Ousmane Thiam, Bamba Cissé et Abou Daff se sont spontanément constitués gratuitement pour le père des victimes. Ils ont réclamé 2 milliards de francs CFA pour toute cause et préjudice confondus. Premier à prendre la parole, Me Daff a évoqué les difficultés financières du père des victimes à acheter le linceul. « Cet homme, malgré sa pauvreté, a bien éduqué ses enfants. Tous les trois sont instruits. L’ainée était en classe de terminale, l’autre, en classe de troisième. Le garçon a mémorisé le coran. Donc, il avait espoir de voir ses enfants réussir afin de le sortir dans la pauvreté. Cet espoir a été brisé en une fraction de seconde. J’ai mal pour ce père qui ne pouvait même pas acheter 15 mètres de percales », a plaidé Me Daff.

Son confrère Me Ousmane Thiam a abondé dans le même sens. D’après lui, le prévenu n’avait pas le droit de conduire parce qu’il n’était pas lucide. « Le plus difficile pour un parent, c’est d’enterrer son enfant. Imaginez quelqu’un qui en perd trois dans une telle atrocité. Les enfants saignaient toujours au moment où on les enterrer. Même si on donnait à ce père tout l’or du monde, on ne pourra jamais réparer le préjudice subi », dit-il. Embouchant la même trompette, Me Bamba Cissé de dire : « ll a tué trois enfants sur qui comptaient un pauvre père. Il a fallu l’intervention de certains avocats et de l’ancien ministre Cheikh Tidiane Gadio pour que le père puisse acheter le linceul. Après son acte, il a pris quatre grands avocats pour assurer sa défense. Il a décimé une famille à cause d’un comportement irresponsable. Il a commis un triple homicide. J’aurai mal si vous le libérez ou si vous lui appliquez une peine légère », a soutenu Me Cissé.

Le procureur a requis 5 ans de prison ferme contre le prévenu. Le représentant du ministère public pense que ce dernier ne doit bénéficier d’aucune circonstance atténuante. « La route continue toujours de tuer. Et, si on fait le diagnostic, il y a toujours le comportement des chauffeurs qui est mis en exergue. Quelqu’un qui prend sa responsabilité de s’enivrer et qui, nuitamment, prend son véhicule pour conduire, doit assumer ses actes. Je ne vois pas qu’est-ce qui pourrait constituer une circonstance atténuante en faveur du prévenu », a fait savoir le parquet. Les avocats de la défense ont fait amende honorable et ont plaidé l’application bienveillante de la loi. Selon eux, leur client a regretté et il a pris l’engagement de soutenir la famille des victimes jusqu’à la fin de ses jours. L’audience est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu le 26 juin prochain.

Vous pouvez réagir à cet article