PROCÈS POUR EXTORSIONS DE FONDS : GASTON MBENGUE RISQUE MOINS QUE SES CO-ACCUSÉS

news-details
TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE DAKAR

Les prévenus Moise Rampino, Cheikh Gadiaga et le promoteur de lutte Gaston Mbengue ont comparu, ce mercredi, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Moise Rampino est poursuivi pour association de malfaiteurs, tentative d’extorsion de fonds, complice de diffamation et l’exercice illégale de la profession du journalisme. Quant à Cheikh Gadiaga et Gaston Mbengue, ils sont, respectivement, poursuivis pour diffamation, tentative d’extorsion de fonds et complicité de diffamation.

5 ans ferme contre Rampino et Cheikh Gadiaga...3 mois avec sursis contre Gaston

Le parquet a requis 5 ans de prison ferme contre Moise Rampino et Cheikh Gadiaga et 3 mois avec sursis contre Gaston Mbengue. En effet, Gadiaga est accusé d’avoir créé un site d’information (Sénégal-info) où il a engagé Moise Rampino. On les reproche de s’attaquer à des personnalités publiques. Parmi leurs victimes, on compte le ministre des Finances Amadou Bâ, Mamour Diallo, le DG du Cadastre, l’opérateur économique El Hadji Mor Ndao, le colonel Issa Niang, Cheikh Alassane Sène et le Directeur des ADS Pape Maël Thiam. C’est suite à la plainte de ce dernier pour diffamation que les deux prévenus ont été interpellés. L’enquête préliminaire et l’information judiciaire ont révélé que le promoteur de lutte Gaston Mbengue était impliqué dans l’affaire. Il jouait les médiations entre ces deux prévenus et les personnes diffamées. Il aurait selon l’enquête demandé de l’argent aux colonels de douane pour Cheikh Mbacké et Moise Rampino.

Les parties civiles réclament 200 millions de francs Cfa

Devant le prétoire, Moise Rampino a reconnu la paternité des articles incriminés. « J’assume mes écrits », a-t-il déclaré. Avant de faire savoir qu’il écrivait pour combattre le régime de Macky Sall et répondre « aux articles commandités » par le ministre de l’économie et des Finances dans certains sites. Cependant, il a battu en brèche l’accusation selon laquelle il s’est présenté comme un journaliste. Sur trois articles, dit-il, il s’est concerté avec Cheikh Gadiaga et sur d’autres, il les a écrits de son propre chef.
Pour sa part, Cheikh Gadiaga a indiqué qu’il est le propriétaire du site Sénégal-Info. Il prétend l’avoir confié à Moise Rampino qui lui avait fait croire qu’il est journaliste lors de leur séjour carcéral au Camp pénal. En l’engageant comme rédacteur en chef, il lui payait la somme 250 mille francs Cfa le mois. Pour sa part, Gaston Mbengue a soutenu s’être rapproché de Cheikh Gadiaga pour le réconcilier avec Amadou Ba. Ce dernier, dit-il, leur a donné une somme insignifiante en guise de reconnaissance.

« Justice sélective ? Comment on peut requérir 5 ans de prison ferme contre Rampino et 3 mois avec sursis contre Gaston Mbengue ? Cette partialité dans le traitement de la procédure est anormale »

Assurant la défense de Pape Maël Thiam et du Colonel Issa Niang Me El Hadji Diouf a réclamé, pour toute cause et préjudice confondus, la somme de 200 millions de francs Cfa. Il demande que les prévenus paient solidairement ce montant.

Me Ousseynou Fall, avocat de Moise Rampino a contesté le réquisitoire du parquet. « Je commence à croire qu’il y a une justice sélective dans ce pays. Comment on peut requérir 5 ans de prison ferme contre Rampino et 3 mois avec sursis contre Gaston Mbengue ? Cette partialité dans le traitement de la procédure est anormale », a fustigé Me Fall non sans plaider l’application bienveillante de la loi. Là où l’avocat du promoteur de lutte a plaidé la relaxe sans peine ni dépens pour son client qui, dit-il, est une victime dans cette affaire. Avocat de Cheikh Gadiaga, Me Ciré Clédor Ly a plaidé la relaxe purement et simplement de son client qui, indique-t-il, n’est pas administrateur un administrateur du site. « Il ne gère que la comptabilité du site », plaide-t-il. L’affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu le 8 janvier 2019.

Vous pouvez réagir à cet article