PROFIL-DIONNE, LE FIDÈLE COMPAGNON

news-details
RECONDUIT AU POSTE DE PREMIER MINISTRE

Macky Sall a surpris tout le monde. Il a choisi de ne pas choisir de Premier ministre pour ce nouveau quinquennat. Mais, le très fidèle lieutenant est resté en poste pour conduire la réforme constitutionnelle avant de passer définitivement le témoin au chef de l’Eta, dans un an ou deux. Après 57 mois de fonction lors du premier mandat, du 6 juillet 2014 au 5 avril 2019, Mahammad Dionne vient d’être reconduit Premier ministre. Une fonction qu’il cumule désormais avec celle de Secrétaire général de la présidence.

« Au travail », son slogan

Nommé le 6 juillet 2014 en remplacement d’Aminata Touré, Dionne avait relevé dans sa première déclaration, devant la presse, en tant que tout nouveau PM, que « le chef de l’Etat (lui) a donné (ainsi qu’) aux membres du gouvernement de la République une feuille de route qui peut se décliner en deux (2) mots : au travail ». Ce, à travers la mise en œuvre de son Plan Sénégal émergent (PSE) par différents programmes dont le PUDC. Un bilan sanctionné positivement par le peuple sénégalais à l’issue du scrutin présidentiel.

Le début du compagnonnage

Détaché par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), le diplômé de troisième cycle en économie internationale et globalisation, auprès du gouvernement du Sénégal, devient Directeur de cabinet du Premier ministre Macky Sall, de 2005 à 2007. Puis à l’Assemblée nationale lorsque le même Macky Sall est nommé au perchoir de l’hémicycle, de 2007 à 2008. Macky Sall, devenu président de la République en 2012, le nomme ministre chargé de la mise en œuvre du PSE, le 13 mars 2014. Fonction qu’il remplira durant trois (3) mois et vingt-trois (23) jours. La suite se passe à la Primature.
Technocrate au front politique

En soldat dévoué, il est toujours monté au front, défendant bec et ongles son patron. Pétrole, gaz, endettement, PSE, les piques du camp adverse ne sont jamais restées sans ripostes. Ses échanges avec les députés de l’opposition à l’occasion des séances de questions d’actualité au gouvernement retentissent encore.

Le bilan de son candidat en bandoulière, le porte-étendard de la Coalition Benno Bokk Yakaar (BBY, mouvance présidentielle) a conduit victorieusement les troupes lors des élections législatives du 30 juillet 2017 avec 1 million 637 mille 761 de voix soit 49,47 %, obtenant 125 sièges à l’Assemblée nationale sur les 165 à pourvoir. La coalition présidentielle arrive largement en tête devant la Coalition gagnante « Wattu Senegaal » du président sortant, Abdoulaye Wade, (552 mille 095 voix, 16,68 %, 19 députés) et Manko Taxawu Sénégal dirigée par Khalifa Sall, (388 mille 188, 11,73 % et 7 députés). Attendu à la plus haute station de la représentation nationale, Dionne est reconduit à la tête du gouvernement, le 6 septembre 2017.

Dans son message livré, ce 5 avril, par Jean Maxime Simon Ndiaye, Secrétaire général de la Présidence, le chef de l’Etat n’a pas tari d’éloges sur son « fidèle » compagnon, soutenant que « le 6 juillet 2014 en nommant aux fonctions de Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, il avait fait le pari juste sur un compatriote dévoué aux causes nationales, un collaborateur loyal mais également un homme généreux dans l’effort et le travail, un homme de défi, qui a su donner le meilleur de lui-même en faisant porter à son projet politique la marque d’une cohérence quotidienne ancrée dans le culte du résultat qui lui vaut beaucoup de satisfaction aujourd’hui. Pour cela, il l’en remercie. »

Poursuivant, le président Macky Sall n’a pas manqué de « souligner que le Premier ministre sortant a accompli avec satisfaction les charges qui lui ont été confiées. Il l’en félicite. »
Il vient de rempiler pour un autre bail et est chargé de mener une réforme qui modifiera 18 articles de la Constitution.

Né le 22 septembre 1959, Mahammad Boun Abdallah Dionne aura soixante (60) ans dans cinq (5) mois.

Vous pouvez réagir à cet article