PROFIL-PAPA BAKARY GASSAMA, UN ARBITRE SOUS ASSISTANCE

news-details
CAN EGYPTE 2019

Impliqué malgré lui sur la panne de la VAR en finale de Ligue des champions africaine, Papa Bakary Gassama, seul arbitre gambien présent à la Can, se tient, est préposé à la vidéo.

A 40 ans, Papa Gassama s’apprête, une fois de plus, à participer à une compétition continentale majeure. La suite logique d’une carrière internationale entamée il y a 12 ans. Lisse. Sans histoire. Jusqu’en mai 2019. En finale retour de la Ligue des champions, le Gambien s’est retrouvé face à une équation difficile à résoudre, sans précèdent en plein match. La VAR, cette technologie de visionnage en usage depuis l’année dernière, tombe en panne, obligeant le président de la CAF en personne à intervenir. La victoire sera accordée à l’une des équipes avant que l’instance du football africain ne revienne sur la décision pour faire rejouer le match. Celui qui officiait à cette rencontre, teint noir, physique frêle n’est autre que Papa Bakary Gassama. Un fils de paysan, né dans un bled perdu situé au nord de la Gambie. Après cet incident où il est impliqué malgré lui, beaucoup avaient pensé que son nom serait retiré de la liste des arbitres. Mais, la page est vite tournée. La CAF lui renouvèle sa confiance tout en le maintenant sur la liste des arbitres sélectionnés pour la CAN de cette année.

Fils de paysan devenu arbitre

Ayant fait ses premiers pas scolaires dans son village natal, le destin a décidé que l’agriculture de rente ne serait pas la source de revenus de Gassama. Orphelin de père dès la tendre enfance, « Papa » comme l’appellent ses intimes, quitte Memeh pour s’installer en zone urbaine chez son oncle, en périphérie de Banjul.

À l’obtention de son bac en série S, Gassama s’inscrit en cours d’arbitre. Discipliné et travailleur, ce professionnel, issu d’une fratrie de sept enfants, gravi les échelons au niveau national. Jusque-là, il est le seul arbitre gambien à officier pour la CAF puis pour la FIFA. Sa carrière internationale il l’entame à l’âge de 28 ans en 2007. Mais le succès arrive aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Ayant remporté le prix du meilleur arbitre africain de la CAF à trois reprises, il a participé à deux Coupe du monde. Alors que ce professionnel poursuit sa carrière internationale, il fait des émules dans son pays. Pour nombre de ses compatriotes, sa trajectoire est un symbole de réussite, de fierté et d’inspiration.

D’ailleurs, ne constitue-t-il pas une source de consolation pour son pays qui, une fois de plus, suivra la CAN à domicile.

Vous pouvez réagir à cet article