PROFIL-YOUSSOUPHA DIALLO, LE PROCUREUR À LA TRAQUE DE BÉTHIO THIOUNE

news-details
PROCÈS DES THIANTACOUNES

Jusque-là méconnu du grand public, le procureur Youssoupha Diallo est, depuis peu, sous les feux de la rampe. Le parquetier qui s’est dévoilé à l’ouverture du procès de Cheikh Béthio Thioune a dressé un réquisitoire de feu contre le marabout, accusé de meurtre. Les travaux forcés à perpétuité, un mandat international et la confiscation de la totalité de ses biens ! Si le juge suit son réquisitoire, Béthio Thioune, 81 ans, risque de finir ses vieux jours en prison.

« Je suis magistrat, j’ai juré de remplir ma mission en toute indépendance », déclarait le Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Mbour. Comme pour dire, qu’il ferait face à toutes sortes de pressions. D’ailleurs, pour qui connaît l’homme sait qu’il combat l’immixtion de l’exécutif dans le judiciaire. « On n’a pas le droit de dire que le procureur de la République est le représentant du garde des Sceaux ou d’une quelconque autorité que ce soit au niveau de la justice », disait-il à l’émission Jury du dimanche du 20 janvier 2019. Pour lui, le magistrat debout qui veut être indépendant pourrait le devenir en respectant les règles spécifiques qui régissent le fonctionnement du ministère public.

Magistrat hors hiérarchie

Youssoupha Diallo a eu son baccalauréat au lycée Djignabo de Ziguinchor en juillet 1990 avant de s’inscrire à la faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il obtient une maitrise en Sciences Juridiques et politiques, option judiciaire en 1995.

En 1997, il intègre le centre de formation judiciaire d’où il sort breveté de la promotion Alioune Badara Mbengue. Dans sa carrière de magistrat, Youssoupha Diallo a servi dans plusieurs localités et a marqué son empreinte dans la profession. Ancien substitut général près la Cour d’appel de Dakar, il est de la catégorie de magistrat hors hiérarchie depuis avril 2017. En sus, il été procureur de la République près du tribunal de grande instance de Diourbel et de Ziguinchor. Sans oublier sa fonction de procureur général adjoint au parquet général près les chambres africaines extraordinaires. Qui ont jugé et condamné l’ancien président Tchadien Hussein Habré à la peine de prison à perpétuité.

Auteur de l’ouvrage : « Le procureur de la République la pratique du parquet », Youssoupha Diallo a, dès le début de sa carrière, senti la nécessité de travailler sur le parquet. « En le faisant, je me suis rendu compte que le procureur de la République et le ministère public se trouvent au centre des critiques. Et cela m’a motivé davantage. Parce qu’il faut quelqu’un de l’intérieur qui puisse faire un travail très pratique pour faire comprendre à tout le monde ce que fait le procureur, les magistrats du ministère public pour essayer de voir s’il y a nécessité de mesurer leurs critiques », arguait-t-il face à Mamoudou Ibra Kane.

Vous pouvez réagir à cet article