QUAND L’ENSABLEMENT DU LIT DU FLEUVE CASAMANCE TUE LA PÊCHE CONTINENTALE

news-details
KOLDA

Dans cette partie de la Haute Casamance, la pêche traditionnelle continentale était jusqu’à un passée récent le moyen de subsistance de beaucoup de familles. Mais, depuis un certain temps, l’ensablement du lit du fleuve Casamance conjugué à la vétusté du matériel de pêche et au manque de soutien des autorités a fini de contraindre beaucoup à abandonner cette activité pour se reconvertir, pour la plupart, dans le commerce de produits halieutiques importés des régions côtières de la Basse Casamance. Sauf que là, le problème de conservation se pose. Ceux qui tentent encore leur chance dans les quelques îlots encore disponibles pour la pêche voient les zones de pêche conquises jour après jour par des plantes aquatiques.

Autant de problèmes qui plombent le secteur de la pêche et sa chaîne de valeurs à Kolda. Au cours d’une audience avec le préfet, Matar Diop, en marge d’une rencontre d’harmonisation avec les acteurs dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de désencombrement des villes, les acteurs de la pêche ont ont dépoussiéré toute une pile de doléances, se plaignant du constat que tous les ministres qui se sont succédé au département de la pêche n’ont jamais été attentif à leurs besoins, tels que le dragage du fleuve Casamance dans les zones concernées, l’appui en matériel de pêche, la promotion de l’aquaculture mais aussi et surtout la construction de complexes frigorifiques pour faciliter la conservation des produits halieutiques.

Vous pouvez réagir à cet article