QUAND LA DER TRAQUE SES MAUVAIS PAYEURS

news-details
ENTREPRENEURIAT

La délégation générale de l’entrepreneuriat rapide pour les femmes et les jeunes, accompagnés par le crédit mutuel du Sénégal a fait une descente sur le terrain, ce vendredi, pour procéder à des recouvrements auprès de ceux qui avaient bénéficié de ses financements et qui n’ont pas jusqu’à présent honoré leurs engagements. Selon la DER, cette action répond à la stratégie des 4P (Préfet, Procureur, Police, Prison).

La Der qui a été créée en mars 2018, a procédé à des financements sur l’ensemble du territoire national en aout 2018. Ainsi, des femmes et des jeunes avaient bénéficié des financements pour la réalisation de leurs projets qui avaient été approuvés par la Der. Mais beaucoup de bénéficiaires de la première année de mise en œuvre n’ont pas honoré leurs engagements jusqu’à présent.

Or, ces ressources sont des deniers publics de l’Etat et appartiennent à tous les Sénégalais. Ce sont des ressources publiques qu’il faut rembourser. « Je demande aux maires et aux préfets de sensibiliser les contractants de ces financements sur les sanctions qui les attendent en cas de non-remboursement qui peuvent les mener jusqu’à la prison », a insisté le délégué général de l’entrepreneuriat rapide, Papa Amadou Sarr.

Toutefois, cette action entreprise par la DER et surtout la décision prise de l’afficher sur les réseaux sociaux n’est pas du goût du public qui a grandement manifesté son désaccord dans les différentes pages Facebook et Twitter de la DER.

Vous pouvez réagir à cet article