image

QUAND LE RETOUR DE SABALY REBAT LES CARTES

image

Ibrahima Mbaye qui fait les frais de son retour et Bouna Sarr qui se retrouve avec une très forte concurrence, susceptible de l’envoyer sur le banc ou au mieux, de le faire jouer un cran plus haut. Youssouf Sabaly est un des tauliers d’Aliou Cissé et son retour provoque un réaménagement certain dans l’effectif des Lions. Privé de Can au Cameroun à cause d’une blessure au genou qui l’a écarté des pelouses juste après son transfert au Réal Betis en Espagne, le natif de Chesnay, en France, a toujours été un des maillons forts de la Tanière qu’il a intégrée le 19 novembre 2017, après avoir fait toutes ses classes en sélection de jeunes France (U17 à U21).

Titulaire dès sa première sélection, le binational Sabaly, alors pensionnaire des Girondins de Bordeaux a davantage dépanné à gauche (16 de ses 21 sélections) alors que son poste de prédilection est arrière droit. Maintenant que la gauche a trouvé un occupant régulier avec Saliou Ciss, le retour de Sabaly devrait renforcer le couloir droit et la première victime est Ibrahima Mbaye, auteur de performances décevantes au Cameroun. Il est ainsi le seul champion d’Afrique écarté de la liste pour les deux matchs contre l’Egypte sans que cela ne soit pour raison médicale, contrairement à Alfred Gomis, Seny Dieng et Joseph Lopy, tous blessés.

Si le sélectionneur des Lions a justifié son absence par son manque de temps de jeu, Ibrahima Mbaye fait surtout les frais du retour de Sabaly mais également de ses mauvaises performances à la Can et de son faible temps de jeu. Car le prétexte du faible temps de jeu évoqué par Cissé était valable quand il l’amenait à la Can et Mbaye n’est pas le seul dans cette situation, au sein de l’effectif.

Une grosse équation pour Bouna Sarr

L’arrière droit du Bayern Munich souffre, lui aussi, de ce manque de temps de jeu. Jusqu’au retour de Youssouf Sabaly, effectif ce vendredi, sur la liste des 26 Lions convoqués pour la double confrontation, les 25 et 29 mars, contre l’Égypte, en barrages du Mondial Qatar 2022. Bouna régnait en maître, dans le couloir droit et a disputé toutes les rencontres, lors de la Coupe d’Afrique des Nations. Mais le retour de Sabaly rebat les cartes. A moins qu’il ne soit utilisé plus haut, comme ce fut le cas lors des premiers matchs joués à Bafoussam.

Sauf que ce fut en l’absence d’Ismaïla Sarr (alors en phase de reprise) et de Bamba Dieng victime de Covid et laissé à Dakar au début du séjour au Cameroun. Un mois et demi après le sacre des Lions, c’est l’une des grosses équations que devra résoudre le sélectionneur des Lions. Face à la presse ce vendredi, Cissé a enchaîné les réponses évasives à ce sujet pour ne pas donner d’indications sur son choix : « Je trouve que c’est très bien d’avoir de très grands joueurs, très grands défenseurs, qui sont Bouna (Sarr) et Youssouf Sabaly. Aujourd’hui, c’est très important pour nous. Ce qui est important, c’est d’avoir de très bons joueurs, doubler nos postes et que cette concurrence qu’il va y avoir soit saine », a apprécié Aliou Cissé. 

Toutefois, sur la plupart des indicateurs, Sabaly part avec plus de garanties : il joue plus régulièrement que Bouna Sarr en club, il a plus d’expérience sous le maillot national et il est formé à ce poste. Le seul point qui pourrait plaider en la faveur de Bouna Sarr, c’est qu’il a été de l’aventure camerounaise et a donc joué à droite lors de la finale face aux Pharaons, dernier match du Sénégal à ce jour.

BNF et Dié BA

19 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article