QUAND SADIO MANÉ RETROUVE LA LUMIÈRE AU STADE LSS APRÈS 1 382 JOURS DE DISETTE

news-details
EQUIPE NATIONALE

Cela faisait longtemps qu’il avait du mal à faire rejaillir sa forme étincelante au stade Léopold Sédar Senghor, au point de faire naitre une certaine frustration au sein du public dakarois qui l’avait mauvaise à force de voir son joyau briller sous d’autres cieux. Auteur d’un but et d’une passe décisive au terme d’une partie terne mais remportée (2-1) face au Mali, Sadio Mané s’offre du répit dans les critiques, un bol d’air sur le plan mental et une occasion de redonner confiance à son coéquipier et ami Moussa Konaté, à qui il a livré un caviar.

- 

- 

Que retenir de ce match amical face au Mali ? Que le trio de mastodontes (Alfred Ndiaye - Mamadou Loum Ndiaye - Cheikh Ndoye) installé d’entrée par Aliou Cissé a eu beaucoup de mal à exister ? Que les arrières latéraux n’ont quasiment jamais dépassé la ligne médiane avec le ballon ? Ou encore que l’avant-centre Mbaye Diagne qui claque but sur but dans le championnat turc n’a jamais été trouvé dans la surface de réparation adverse et qu’en sus de sa frustration, il a dû sortir sur une blessure avant d’être évacué par une ambulance ? A vrai dire, les motifs d’inquiétude se sont succédé pendant 75 minutes pour cette équipe du Sénégal qui avait montré des signes plutôt rassurants trois jours plus tôt.

Sur une pelouse dans un état catastrophique, face à des tribunes dégarnies et avec une équipe intégralement remaniée, les "Lions" du Sénégal ont été, face à la sélection du Mali, aux antipodes du spectacle produit il y a trois jours, à Thiès, face à la sélection de Madagascar. Ainsi, même si ceux qui ont démarré le match n’ont pas marqué de points pour bousculer une hiérarchie entrevue au stade Lat Dior, difficile, dans ces conditions, de tirer des enseignements encore moins de leur en tenir rigueur, d’autant plus que ce qui était parti pour être une déconvenue avec l’ouverture du score malien contre le cours du jeu, a fini par une victoire quasi inespérée. Par la grâce d’un homme : Sadio Mané. Leader trop longtemps et trop fortement attendu de cette équipe du Sénégal, l’attaquant de Liverpool a rarement semblé autant à son aise sous ce maillot des "Lions". Pourtant sur le banc en début de match, comme l’ensemble de ses coéquipiers titulaires samedi dernier, Sadio Mané a dû accélérer son échauffement quand le Mali, par l’intermédiaire d’Adama Traoré, a ouvert le score à la 72e minute. Entré à la 76e minute, à la place de Sada Thioub, qui étrennait sa première titularisation, Sadio Mané s’est très vite mis sous ses habits de patron, donnant de la voix, replaçant ses coéquipiers et imposant un jeu au sol auquel le public n’avait pratiquement pas eu droit depuis le début du match.

L’effet Sadio s’est davantage fait ressentir quand, à la 87e minute, il fait usage de sa vitesse d’exécution pour se défaire de son premier vis-à-vis avant de se débarrasser du deuxième d’un contrôle orienté pour se mettre dans le sens du but, puis d’un crochet intérieur du droit avant d’aller battre le portier, Samassa, d’un tir croisé. Un exploit personnel dont le public a longtemps rêvé. Buteur à 15 reprises sous le maillot national avant ce match, Sadio Mané avait perdu l’habitude de briller sous le ciel dakarois. Son dernier but inscrit au stade Léopold Sédar Senghor remonte au 13 juin 2015, lors d’une réception du Burundi, en tournoi qualificatif de la CAN 2017. C’était il y a 1 382 jours exactement. Depuis, l’attaquant de 26 ans avait marqué à Windhoek, face à la Namibie et à Antananarivo contre Madagascar, puis à nouveau face au Burundi, mais toujours à l’extérieur, puis en Guinée Equatoriale à ladite CAN, respectivement face à la Tunisie et au Zimbabwe, à Ouagadougou, face au Burkina Faso, sur le chemin du Mondial 2018 et enfin au Mondial face au Japon ! Sept buts de rang, tous marqués hors des bases de la Tanière, alors qu’il enchainait, au même moment six matchs sans trouver le chemin des filets.

Après trois ans et demi de disette, le blocage psychologique est désormais levé. Débarrassé de cette pression, Sadio Mané s’est même permis de remettre en scelle son meilleur ami dans la Tanière, Moussa Konaté, lui également en net manque de confiance depuis quelques temps. Après quelques occasions ratées, l’attaquant d’Amiens a enfin marqué son 12e but en Equipe nationale, en remettant au goût du jour sa connexion avec Sadio Mané que le monde a découvert en 2012, à la faveur des JO de Londres. Sur un corner joué à deux dans le temps additionnel, l’enfant de Bambaly a trouvé son éternel voisin de chambre en sélection, seul face au but de Samassa, alors que la défense malienne pensait avoir réussi à le piéger dans les filets du hors-jeu. Pourtant, son plat du pied qui envoie le cuir au fond des filets des cages du gardien malien est validé par l’arbitre mauritanien, Mathioro Diabel. A son coup de sifflet final, malgré les fortes réclamations de Moussa Marega et ses coéquipiers, le Sénégal s’en tire à bon compte avec une victoire qui aura tardé à se dessiner et qui risque de ne pas peser lourd sur la balance des titulaires du jour, à moins de trois mois de la CAN 2019.

Vous pouvez réagir à cet article