image

QUI CROIRE ENTRE BENNO ET L’INTER-COALITION YEWWI-WALLU ?

image

Va-t-on vers un contentieux électoral ? Entre l’inter-coalition Yewwi-Wallu et Benno Bokk Yakaar, cherche-t-on à prendre les devants pour mettre la pression sur le juge des élections ? Ces interrogations sont loin d’être saugrenues. En tous les cas, une sortie n’en cache pas une autre. Action-réaction pourrait-on dire. En l’espace de 48 heures, l’espace politique sénégalais n’a jamais enregistré autant de conférences de presse et/ou de déclarations émanant de deux états-majors politiques.

C’est une conférence de presse de la tête de liste de Benno, Mimi Touré qui ouvre le bal tard dans la soirée électorale du dimanche au lundi, au moment où les premières tendances commençaient à sortir. La réponse de Yewwi n’a pas tardé par le canal d’un communiqué rendu publique par son mandataire national, Déthié Fall et ensuite par une conférence de presse de la conférence des leaders de cette même coalition.

Réponse du berger à la bergère, c’est le camp présidentiel qui remet une couche dans le débat, hier au siège de l’Apr. Tout en reconnaissant une « avancée » de l’opposition, Benno n’en récuse pas moins toute possibilité de cohabitation au sein de l’hémicycle. Benno bokk yaakar a réagi à la sortie des leaders de l’inter coalition Yewwi-Wallu qui disent s’attendre à 83 députés. Le camp présidentiel a affirmé disposer d’une majorité à même de permettre à Macky Sall de gouverner. « Nous sommes confiants pour notre victoire. Nous récusons toute possibilité de cohabitation comme déclarée par une certaine opposition. Nous rassurons nos militants que nous restons majoritaire à l’issue de scrutin, malgré, il faut le reconnaître une avancée de l’opposition », a déclaré Aminata Touré, tête de liste nationale de Bby.

Mimi Touré soutient que Bby a remporté 31 départements au niveau national à savoir Diourbel, Fatick, Foundiougne, Gossas, Mbirkilane, Kaffrine, Koungheul, Malem Hodar, Guinguinéo, Kaolack, Nioro, Kédougou, Salémata, Kolda, Médina Yoro Foulah, Vélingara, Linguère, Louga, Kanel, Matam, Ranérou, Dagana, Podor, Bounkiling, Bakel, Goudiry, Koumpentoum, Tambacounda, Mbour et 2 de la diaspora. Elle a cité Afrique de l’Ouest et Afrique du Centre.

L’ancien Premier ministre rappelle à Yewwi-Wallu que la référence de calcul, c’est le nombre de votants et non la taille du fichier électoral. « Le Code électoral est très précis et fait référence aux nombre de votants. Il peut y avoir une très grande circonscription mais si le nombre de votant est bas, ça n’a pas de sens. Le point de référence, c’est ça », explique Mme Touré.

Sur ses premiers chiffres brandis le jour du scrutin, l’ancienne présidente du Conseil économique, social et environnemental précise que les départements de Goudomp et Afrique du Nord leur étaient favorables lors des premières tendances mais que par la suite, l’opposition a refait son retard.
Que disent les leaders de l’inter-coalition Yaw-Wallu ? Par la voix de Dethié Fall, ils reconnaissent avoir déjà remporté les 55 sièges sur les 112 qui étaient en compétition au niveau des départements.

"Sur la proportionnelle, nous sommes au minimum dans l’ordre de 28 députés. Ce qui donne la majorité à l’inter-coalition avec un total de 83 députés. Même si le décompte se poursuit et que les résultats définitifs ne sont pas encore proclamés », s’est-il abstenu après son décompte. Mieux, il a soutenu que l’issue des résultats du scrutin législatif va se jouer sur la proportionnelle.

L’un dans l’autre, les résultats issus des délibérations de la Cour d’appel permettront aux uns et aux autres d’en savoir plus avant d’obtenir la confirmation du juge des élections qui se trouve être le Conseil constitutionnel pour ce qui concerne les résultats définitifs.

Mandiaye THIOBANE

2 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article