QUI EST ÉLIAS ABBEY, LE CHRÉTIEN QUI OUVRAIT SES PORTES AUX FIDÈLES TIDJANES

news-details
TIVAOUANE

Le reportage d’Emedia.sn sur les chrétiens ouvrant leurs portes aux fidèles musulmans pour le Gamou, célébrant l’anniversaire du Prophète de l’Islam, Mohammed (PSL), réveille des souvenirs d’enfance. Ibrahima Ndong, qui se présente comme « un des enfants d’Élias » réagit suite à l’article publié par emedia.sn. Élias Akouété Abbey, le catholique qui ouvre ses portes aux musulmans de la ville religieuse, est décrit comme une véritable légende.


« Plus populaire que certains religieux »

« Je suis, parmi tant d’autres Tivaouanois, aujourd’hui, un des enfants d’Élias. Si vous demandez à Tivaouane ceux qui ont eu à bénéficier des services d’Abbé Élias, je vous assure qu’il ne restera pas grand monde. Il est très connu, plus populaire même que certains dignitaires de Tivaouane. Sa maison était l’Eglise de Tivaouane. Il habitait en face de chez nous, puis à l’intérieur de dispensaire de Tivaouane. Ensuite, il a eu une maison au quartier ’’Keur Mass’’, là où se trouve sa femme, Antoinette Bampoky, qu’Emedia.sn a interviewé d’ailleurs. A ’’Keur Mass’’, c’est le quartier qu’on appelait ’’Keur Baye Mass’’, qui était le président des chefs coutumiers du Sénégal, Massamba Sall. C’est aujourd’hui une très bonne chose lorsqu’on voit un de ses enfants (biologique) qui est un religieux, servir en Guinée, sa femme aussi qui perpétue son œuvre. »

Son rôle « prépondérant » dans le dialogue islamo-chrétien

« Le dialogue islamo-chrétien est vraiment ancestral à Tivaouane. N’oublions pas que le seul cimetière chrétien se trouvant à Tivaouane est au cœur de la cité religieuse et est plus proche des Mosquées que le cimetière musulman. Lorsqu’il (Élias) est décédé, je vous assure que le convoi funèbre était extraordinaire. Il y avait dix fois plus de musulmans que de chrétiens. Le cimetière était plein à craquer, et il y avait plus de monde dehors, y compris moi. J’ai quitté Dakar pour aller à Tivaouane, uniquement pour l’accompagner. Mais, on n’a jamais vu pareille foule accompagner un défunt à Tivaouane. Élias est intimement lié à la ville, au dialogue islamo-chrétien. Elias, c’est aussi un panafricain parce qu’il n’est pas Sénégalais mais mort enterré au Sénégal. Ça aussi, ça mérite d’être souligné, au moment où l’on parle de raciste et de nationalisme ».

Qui est Élias ? « Élias est un ressortissant togolais mais qui a fait toute sa vie à Tivaouane, que je connais très bien. Elias était un chrétien pratiquant, qui était aussi un infirmier spécialisé. Il est arrivé à Tivaouane dans les années 60. Il y a fait toute sa carrière. Ce qui est remarquable chez Élias, à l’époque quand il montait la garde, c’est moi-même qui dormais dans sa chambre. Avec Elias, on a découvert des plats togolais tels que ’’Akassa’’ (une sorte de pâte faite à base de maïs cuit, moulu et trempé). Avec Élias, j’ai mangé des crabes. Élias était un véritable cordon-bleu parce que tout le temps qu’il était célibataire à Tivaouane, c’est lui-même qui cuisinait. A chaque fois qu’il montait la garde, on lui apportait ses repas dans des gamelles superposées. C’est à nous qu’il laissait ses clés. »


« Un homme généreux »

« Je me souviens encore de ce grand homme si généreux, si courtois, qui, au moment où décline le soleil, pour annoncer la fin d’une journée bien remplie, prenait son cartable cuir marron pour parcourir de nouveau d’un pas hardi les ruelles de Tivaouane la sainte au chevet des nombreux patients ne pouvant pas se rendre au dispensaire. Je me souviendrai toujours de ce brave technicien supérieur de santé dont les diplômes trônaient dans le salon qui était ouvert à tous. À mon humble avis, Tivaouane est redevable à ce brillant technicien de santé fervent catholique, qui a passé toute sa riche carrière non pas au Togo où il est né, mais au Sénégal, particulièrement au cœur de Tivaouane où il a choisi sa dernière demeure. Personne n’aurait crié scandale si le centre de santé ou une Avenue de la sainte cité portait son nom en lettres d’or. Élias est et restera dans le cœur des Tivaouanois. Celui qui, toute sa vie durant était le trait d’union des Tivaouanois de toutes confessions ».

Vous pouvez réagir à cet article