RAMA SALL DIENG : « Au Sénégal, la gauche a renoncé à défendre ses idées »

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Pour l’universitaire Rama Salla Dieng, la gauche sénégalaise, absente de la présidentielle du 24 février, paie ses compromissions successives avec les libéraux.

Pour la première fois dans l’histoire politique du Sénégal, le Parti socialiste (PS) ne présentera pas de candidat au scrutin présidentiel du 24 février. Au pouvoir de 1960 à 2000, sous Léopold Sédar Senghor puis Abdou Diouf, le PS dirigé par Ousmane Tanor Dieng soutient la coalition du président sortant Macky Sall. Rama Salla Dieng, maîtresse de conférences au Centre d’études africaines de l’université d’Edimbourgh, au Royaume-Uni, analyse les raisons de l’échec de la gauche sénégalaise.

L’absence de candidature socialiste à la présidentielle est-elle une surprise ?

Rama Salla Dieng Oui. Cependant, c’est le résultat d’un long processus dont le tournant se situe en 2000 avec l’élection d’Abdoulaye Wade. Jusqu’à cette date, l’échiquier politique sénégalais était polarisé entre libéraux et socialistes. C’est sous les mandats d’Abdou Diouf [de 1981 à 2000], président pourtant socialiste, que les programmes d’ajustements structurels du FMI seront appliqués, le franc CFA dévalué. Puis arrive Abdoulaye Wade en 2000. Il contribue à brouiller encore plus ces lignes traditionnelles en impulsant une politique sociale alors qu’il est un libéral. Le chantre du « sopi » [« changement » en wolof], son projet de transformation sociale, accroît l’intervention de l’Etat dans l’économie en subventionnant l’agriculture et l’énergie.
De la même manière, Macky Sall, lui-même ancien socialiste converti au libéralisme, a mâtiné son programme de mesures sociales comme l’octroi de bourses aux familles les plus pauvres. Ces années sont marquées par des luttes internes dans les partis de gauche : au PS, au Rassemblement national démocratique et à l’And-Jëf [Parti africain pour la démocratie et le socialisme]. La fragmentation de la gauche politique est parachevée avec la participation de certaines de ses figures comme Mamadou Diop Decroix, Amath Dansokho, Djibo Ka ou Abdoulaye Bathily aux gouvernements d’ouverture menés par des premiers ministres libéraux.

Récemment, deux autres figures socialistes, Aissata Tall Sall et Khalifa Sall, ont rallié des candidats libéraux à la présidentielle, Macky Sall et Idrissa Seck. Le clivage droite-gauche est-il toujours pertinent ?

Ces ralliements brouillent encore un peu plus la scène politique. Depuis 20 ans, la gauche ne propose pas de projet. Elle collabore avec les libéraux. Dans les centres urbains, les élites, traditionnellement socialistes, cèdent aux sirènes du parti au pouvoir. On perçoit aussi cette tendance au niveau local. Dans le cadre de mes recherches dans les régions de Louga et de Saint-Louis, j’ai constaté ce phénomène de transhumance chez nombre de maires et de leaders religieux. Toutefois, ce serait une erreur de résumer la gauche à ses dinosaures politiques. Mieux vaut parler de « gauches ».

La gauche a-t-elle renoncé à défendre ses idées, ses valeurs ?

Oui. La gauche historique, de l’indépendance aux années 1990, était contestataire. Ses leaders ont participé aux luttes sociales, à Mai 68, et beaucoup ont été emprisonnés, ont survécu dans la clandestinité avant l’instauration du multipartisme intégral en 1981. Des leaders comme Landing Savané ou Abdoulaye Bathily ont combattu dans des partis qui prônaient le respect des libertés individuelles et la lutte contre les inégalités. Dans les années 1980, ils ont dénoncé les politiques d’ajustements structurels imposées par les institutions internationales qui fragilisaient les plus pauvres de la société. Cette gauche-là s’est d’ailleurs alliée à d’autres gauches africaines ou à l’international pour mener le combat. Mais depuis la fin des années 1990, les partis de gauche réagissent peu aux attaques contre les libertés individuelles.

Ces ralliements brouillent encore un peu plus la scène politique. Depuis 20 ans, la gauche ne propose pas de projet. Elle collabore avec les libéraux. Dans les centres urbains, les élites, traditionnellement socialistes, cèdent aux sirènes du parti au pouvoir. On perçoit aussi cette tendance au niveau local. Dans le cadre de mes recherches dans les régions de Louga et de Saint-Louis, j’ai constaté ce phénomène de transhumance chez nombre de maires et de leaders religieux. Toutefois, ce serait une erreur de résumer la gauche à ses dinosaures politiques. Mieux vaut parler de « gauches ».

Où se déroule la bataille des idées ?

Elle se déroule surtout en dehors du champ politique. Les syndicats continuent de l’incarner, mais d’autres acteurs s’en sont saisis ces dernières années. Les débats ont pris place dans la société civile, dans des mouvements religieux, qui attirent de plus en plus les jeunes, à l’université notamment, dans des mouvements citoyens qui ont un rôle de vigie, et de manière très significative sur les réseaux sociaux. Certains abstentionnistes choisissent d’investir ces poches de résistance qui incarnent pour eux l’espoir. Il faut y voir une quête de sens et comprendre que les idées progressistes ne sont l’apanage ni de la gauche ni de la droite.

Vous pouvez réagir à cet article