RAPPORTS DE LA COUR DES COMPTES : LE PR AHMED SY RÉCLAME DES SANCTIONS

news-details
LR DU TEMPS

Les rapports de la Cour des comptes, remis au chef de l’Etat vendredi, 31 janvier, sont au menu de LR du temps, ce dimanche, 2 février 2020.

Les deux invités d’Alassane Samba Diop, Cheikh Ahmed Tidiane Sy et Idrissa Ba respectivement ingénieur agro-économiste industriel et professeur d’histoire médiévale à l’UCAD ont, chacun, donné leur position sur le sujet. D’emblée, Cheikh Ahmed Tidiane Sy a regretté tout ce temps passé sans que les rapports ne soient publiés. Ce qui, à son avis, constitue un manquement d’autant que ces rapports sont disponibles annuellement. Ces documents, estime-t-il, devraient permettre à l’Etat de revoir la réglementation, la procédure mais aussi permettre aux personnes incriminées de répondre de leurs actes. « Les fautifs doivent être traduits devant les tribunaux. Si une personne a été épinglée je pense qu’on devrait la sanctionner mais il faudrait que cette faute soit bien établie », déclare le professeur d’Histoire. Pour lui, l’impunité favorise la destruction de la société et ouvre la porte à toutes sortes de déviances. « Le service militaire obligatoire au Sénégal devrait permettre de rééduquer », propose-t-il.

Pour sa part, Idrissa Ba constate, pour le regretter, que la corruption est à tous les niveaux de la société. Elle est ancrée dans les faits sociaux. « Dans les grandes démocraties si des scandales comme ceux révélés par la Cour des comptes sont dévoilés, soit le procureur s’auto-saisit, soit ce sont les citoyens qui, spontanément, sortent dans la rue parce qu’ils ont été formés et formatés pour s’acquitter de leur devoir et se battre », estime Cheikh Tidiane Sy. Qui déplore le manque véritable de références au Sénégal, aujourd’hui.

Vous pouvez réagir à cet article