RASHFORD MOBILISE 14 MILLIARDS FCFA ET FAIT PLIER BORIS JOHNSON EN FAVEUR DES ENFANTS

news-details
HUMANITAIRE

Sous pression après l’appel de l’attaquant de Manchester United pour la prolongation pendant l’été des repas gratuits pour les enfants, le Premier ministre britannique a fini par céder.

Boris Johnson a fini par céder. Le Premier ministre britannique, qui faisait face depuis le début de la semaine à une pression croissante pour prolonger pendant l’été les repas gratuits pour les enfants défavorisés, suite à la campagne menée par le joueur de Manchester United Marcus Rashford, a annoncé mardi en début d’après-midi qu’il allait prolonger ce dispositif.

« Je ne sais même pas quoi dire. Rendez-vous compte de ce que l’on peut faire tous ensemble. ÇA, c’est l’Angleterre en 2020 », a réagi Rashford sur son compte Twitter.

Depuis la fermeture des écoles fin mars pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, le gouvernement a mis en place un système permettant aux enfants de milieux modestes de bénéficier de repas gratuits. Mais il se refusait jusque-là de le prolonger pendant l’été. Ce refus avait entraîné la colère de l’attaquant de Manchester United, 22 ans, qui avait raconté dans une tribune à quel point les aides gouvernementales l’avaient aidé dans sa jeunesse, quand il n’avait pas toujours de quoi manger. « Je sais ce que c’est que d’avoir faim », avait-il notamment écrit dans une tribune publiée mardi dans "The Times".

Dans la foulée, l’opposition travailliste avait appelé à un débat au Parlement pour obtenir l’extension du dispositif. La campagne de l’attaquant international anglais a reçu le soutien de députés conservateurs, dont le président de la commission sur l’éducation, Robert Halfon, qui a salué le joueur comme « une inspiration et un héros de notre époque ».

Le gouvernement n’est pas resté « insensible »

Dans sa tribune, Rashford avait appelé les députés de tous bords à « mettre leurs rivalités de côté » et faire preuve de « solidarité » sur un sujet qui pourrait porter atteinte à la « stabilité de familles à travers le pays pour les générations qui viennent ».

Chargée des questions d’éducation au sein du parti travailliste, la députée travailliste Rebecca Long-Bailey avait estimé qu’il serait « insensible » de la part du gouvernement de ne pas faire ce « petit pas pour alléger la pression financière » qui pèse sur les ménages « et garantir que les enfants puissent manger pendant les vacances d’été ».

Selon le Times, la prolongation du dispositif coûte 120 millions de livres (133 millions d’euros). Le gouvernement avait annoncé une enveloppe de 63 millions de livres (70 millions d’euros) pour aider les familles en difficulté.

Vous pouvez réagir à cet article