image

RASSURÉ PAR L’ÉTAT D’AVANCEMENT, MATAR BA VISE L’ORGANISATION DE LA CAN 2023

image

Le ministre des sports, Matara Ba a mesuré, ce mardi, l’état d’avancement des travaux du stade de Diamniadio ainsi que le stade d’entraînement. Il était en compagnie, entre autres, du président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Maître Augustin Senghor et du directeur général de la SOGIP Gallo Ba. Après avoir fait le tour du stade, le ministre se dit être rassuré quant au respect du délai de livraison, le 22 février 2022, du stade dont les travaux de réalisation ont été exécutés, selon lui, à hauteur de 82 %. A moins de trois mois de l’inauguration de l’infrastructure prévue le 22 février, les ouvriers turcs et sénégalais de SUMMA sont à pied d’œuvre pour les travaux de finition.

Il s’agit du toit, des gradins, du carrelage, de l’électricité, de la climatisation, la pelouse, etc. « Le président Macky Sall, en lançant les travaux du stade, a voulu répondre aux préoccupations des sportifs. Nous avons ce qu’il y a de mieux au monde ici au niveau du stade du Sénégal à Diamniadio. La pelouse sera hybride du gazon naturel et synthétique. Ce qui est une première au Sénégal », a déclaré Matar Bâ qui se félicite des commodités qu’offre le stade pour les journalistes, les joueurs et les spectateurs.

« Ce stade est un lieu de vie »

« Après le 22 février, on ne parlera plus de conditions par rapport au football, aux journalistes, aux acteurs. Ce stade n’est pas seulement pour jouer au football. Il a beaucoup d’autres commodités. C’est un lieu de vie », a-t-il souligne.

Ce stade d’une capacité de 50 000 places sera dédié principalement au football mais pourra accueillir d’autres activités dans le pôle urbain intégré et multiforme de Diamniadio. Il est bâti sur une superficie de 13, 5 hectares. Le stade sera doté d’une station d’épuration, d’une centrale solaire de 2MW, d’un gazon hybride, d’autres technologies modernes entre autres.


A Diamniadio, le ministre des sports a aussi visité le terrain annexe qui sera un lieu d’entraînement. Il s’est aussi félicité de l’état d’avancement des travaux.

CAN 2023

Par ailleurs, le président Macky Sall, lors de la pose de la première pierre du stade, avait instruit le ministre des Sports et le président de la Fédération sénégalaise de football, Maître Augustin Senghor, de travailler pour l’organisation d’une CAN très prochainement. Interrogé sur la question, Matar Bâ a précisé que le Sénégal veut être prêt avant de demander l’organisation d’une Coupe d’Afrique des nations (CAN). « Nous voulons être prêts avant de demander l’organisation d’une CAN. C’est le combat que nous sommes en train de mener et je suis sûr que nous allons y arriver’’, a-t-il dit. Avant d’enchaîner : « nous avons ce stade, les travaux du stade Léopold Sédar Senghor vont démarrer, le Stade Aline Sitoé Diatta de Ziguinchor, le stade Ely Manel Fall de Diourbel et Lamine Gueye de Kaolack vont suivre ainsi que celui de Maître Babacar Sèye de Saint-Louis. Cela fera que si on continue de maintenir ce rythme, en 2023, nous aurons toutes les conditions pour être candidat à l’organisation de la CAN ».

La CAN 2023 devait initialement avoir lieu en Guinée. Mais la Confédération africaine de football (CAF) a proposé à la Côte d’Ivoire d’accueillir l’édition de 2023 plutôt que celle de 2021, confiée au Cameroun qui n’était pas prêt à temps pour abriter la CAN 2019. Les Guinéens, eux, ont récupéré la CAN 2025. Cependant, renseigne le ministre, en Afrique, un pays peut être attributaire d’une compétition mais a la dernière minute, cette compétition peut être retirée.

Cheikh Moussa SARR
Photo : Abdoulaye SYLLA

16 novembre 2021