[RECONSTRUCTION DU MARCHÉ SANDAGA] : « NOUS N’ALLONS PAS ATTENDRE D’AVOIR UN JOOLA BIS »

news-details
JURY DU DIMANCHE

Abdou Karim Fofana, ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique était, ce dimanche, l’invité de l’émission Jury du dimanche sur Iradio (90.3). Face à Mamoudou Ibrahima Kane, il a évoqué la fermeture annoncée du marché Sandaga.

Formel et déterminé, le ministre a réitéré la date de la fermeture du marché qui, selon lui, est prévue le 30 août prochain. « Je ne souhaite pas au Sénégal qu’on ait un « Joola » bis. Sandaga, est un bâtiment qui existe depuis 1933 et qui a connu beaucoup d’incendies. Un bâtiment pour lequel nous avons tous les rapports de la protection civile qui nous indiquent qu’il est en état de ruine et qu’il y a des possibilités d’affaissement ou d’effondrement. Je ne vais pas attendre qu’il ait un drame pour venir présenter mes condoléances. Il nous faut arrêter cet attentiste coupable de services publics sur des sujets comme ça », a déclaré le ministre, tout en précisant qu’il n’a reçu aucune pression, qu’elle soit religieuse ou étatique pour repousser la date initiale qui était retenue pour la fermeture du marché. Quid du projet ?

Le ministre rappelle qu’une bonne partie de la population souhaite une restauration du marché. Mais, relève-t-il : « La restauration coûte chère car, souvent, ce sont des corps d’état et des corps d’ingénierie qu’il faut reprendre ». Ainsi, le ministre juge qu’il est plus opportun de démolir et de reconstruire. Ce, dit-il, en aménageant des exigences de notre temps. « Nous voulons surélever le bâtiment et avoir une centaine de places en sous-sol », a indiqué Abdou Karim Fofana.

S’agissant du coût du projet, les premières évaluations, selon le ministre, tournent entre 8 à 10 milliards de francs CFA.


« Aucun espace ne sera vendu dans le projet de l’Etat »

En plus de la construction du marché, ce montant englobe la réalisation d’un bâtiment annexe sur les 1000 mètres carrés restants. « Nous voulons faire un centre commercial moderne de 5 étages dans lequel nous mettrons tous les commerçants qui sont sur l’avenue Emile Badiane », a soutenu le ministre, tout en rappelant le projet d’éradication des cantines dans le centre-ville. « Nous voulons avoir des espaces commerciaux modernes, fréquentables qui donnent du confort à notre ville », souhaite-il.

Par ailleurs, Abdou Karim Fofana a rassuré les commerçants qui avaient des places dans le marché. A l’en croire, ces derniers reprendront leurs biens après la reconstruction du marché. En d’autres termes, aucune place ne sera vendue. « Nous allons permettre à tous les commerçants qui étaient propriétaires ou qui avaient des espaces de vente de retrouver leur espace. Ils auront, peut-être, à payer leur cotisation pour les frais d’entretien et de maintenance. Mais, aucun espace ne sera vendu dans le projet de l’Etat. On a le recensement qui a été fait par la ville de Dakar », rassure-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article