image

« REJOUER ET ME FAIRE APPELER EN SÉLECTION, UN DÉFI QUE NOUS AVONS RELEVÉ »

image

La saison 2020/2021 est à oublier pour l’académie Diambars de Saly. Toutefois, s’il y’a une chose à retenir, c’est que les académiciens ont frôlé la relégation, avant de terminer la saison à la huitième place du classement, à 9 points du deuxième relégable. Les amateurs eux, retiennent la résurrection du jeune Meleye Junior Diagne. Éloigné des pelouses par une blessure durant une saison, le jeune avant-centre a fait son come-back en inscrivant sept buts et délivré trois passes décisives. Entretien.

La saison 2021/2021 est terminé. Votre club, Diambars termine au ventre mou du classement (8e ). Qu’est-ce que vous retenez de cette saison ?

Je retiens une saison compliquée pour nous. Nous avons mal démarré la saison. On a connu des moments difficiles mais alhamdoulilah. On va apprendre de nos erreurs pour faire mieux la prochaine année. Personnellement, je suis très heureux d’avoir rejoué après une saison ratée à cause de mes blessures aux genoux (gauche et droit). Je n’ai joué que onze matchs (sur 26 possibles) et j’ai inscrit sept buts et livré trois passes décisives, en 11 matchs de championnat et deux buts en coupe du Sénégal. pour quelqu’un qui est resté une saison sans jouer le moindre match, je crois que c’est satisfaisant. C’était important pour moi de retrouver les terrains et d’être décisif.

Rester un an sans jouer au foot pour un joueur de ton âge (20 ans). Comment avez-vous vécu ça ?

J’ai vécu des moments difficiles à cause de ma blessure. Aucun joueur ne souhaite regarder ses coéquipiers a partir d’un fauteuil. Je suis un compétiteur et j’ai mal vécu cette situation. Mais en bon croyant, je me suis remis au Tout puissant. Les blessures peuvent parfois te forger. Tu te rends compte, en ces moments, que la carrière d’un joueur peut basculer, dans le bon comme dans le mauvais sens, d’une minute à l’autre. Donc il faut la préserver. J’ai beaucoup travaillé après ma blessure pour retrouver les terrains et mon niveau d’antan. Je vais continuer à bosser pour revenir à 100% et mettre plus de buts.

Votre retour a été récompensé. Vous êtes appelé en équipe locale par Pape Thiaw. Qu’est-ce que ça vous a fait ?

Un grand plaisir. Être appeler en équipe nationale est la grosse satisfaction pour un footballeur, quelle que soit sa nationalité. Pour moi, c’est une grosse fierté d’arborer les couleurs nationales ( avec l’équipe locale, ndlr), après avoir fait les beaux jours de l’équipe U17. C’est une motivation supplémentaire pour tout joueur. Quand on est footballeur, on a un rêve émerveillé, c’est celui de joueur pour sa nation. Faire partie de ceux qui sont choisis est un privilège. Surtout que je suis resté une année sans jouer au foot. Rejouer et me faire appeler en sélection, c’est aussi le fruit de mon travail. Maintenant, c’est à moi de conforter le sélectionneur national (Pape Thiaw) sur son choix de me convoquer.

A quoi ressemble votre parcours ?
Il ressemble à celui de beaucoup de joueurs de ce championnat. J’ai débuté dans les terrains sablonneux de Mbacké. C’était juste pour le fun. Par la suite, un ami m’a convaincu d’intégrer une école de football située à Mbacké (École de football Abdou Aziz Diagne.), c’est là-bas que j’ai fait mes classes avant de rejoindre l’Académie Diambars en 2014. Je peux dire que j’ai été fabriqué par Abdou Aziz Diagne ( coach du centre). Il a cru en moi à mes débuts et il m’a beaucoup aider à progresser. Je me souviens à mes débuts, lors d’un match, j’étais là sur le banc en train de suivre la partie. J’ai fait la lecture du match et suis allé voir le coach pour lui demander de me faire entrer, parce que je pourrais marquer. Il l’a fait. J’ai mis un but et livrer une passe décisive. C’est depuis ce jour que le coach a commencé à avoir confiance en moi. Il (Abdou Aziz Diagne) m’a beaucoup aidé.

C’est quoi vos objectifs actuels ?

Mon objectif c’est celui de tous les footballeurs qui évoluent dans ce championnat. C’est-à-dire trouver un club dans un championnat huppé, pour que je puisse venir en aide à ma famille et tous ceux qui sont dans le besoin. C’est en réalité ça ma vraie motivation. Après, je suis quelqu’un de très patient. Je ne me casse pas la tête avec l’idée d’aller à l’étranger coute que coute. Pour moi, chaque chose a son temps. Et les bonnes choses viendront au bon moment. Je me concentre sur mon club actuel, en ayant la tête sur les épaules. Le reste, je le laisse entre les mains de Dieu.

Saikou SEYDI

23 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article