RENTRÉE DES CLASSES : LES OBSTACLES AU CONCEPT "UBI TEY JANG TEY"

news-details
EDUCATION - RÉFORMES

Jour de rentrée des classes à l’école Point E 1. Si le contexte de l’hivernage a empêché les élèves d’accéder à leurs établissements en banlieue dakaroise, et comme dans certaines localités à l’intérieur du pays, surtout à Ziguinchor, ce n’est pas le cas ici. L’école, qui a fait peau neuve, a reçu ses potaches, après trois mois de vacances. Les travaux de réfection ont été initiés par le Comité de gestion de l’école (CGO) composé, entre autres, de parents d’élèves et d’habitants du quartier, soutenus par des partenaires privés.

Madame Ndoye, enseignante, est en cours, à 09 heures passées. « Comme vous le constatez, sauf quelques rares élèves, la majorité est présente. Ce matin, nous avons trouvé tout le matériel nécessaire pour le démarrage des enseignements. Le slogan ’’Ubi tey jang tey’’ (commencer les cours le jour de la rentrée) a été donc bien appliqué », exulte la chargée de cours du CE1, cette année.

Les élèves bloqués par la pluie

Concernant les absences, elle explique que ces élèves habitent peut-être dans des zones inondables. « Comme il a beaucoup plu hier mercredi, 2 octobre, c’est ce qui les a empêchés de se présenter ce matin. » Contrairement à l’école Point E 1. « Peut-être que nous nous trouvons dans une zone où il n’y a pas de problème, donc là, on peut appliquer ’’Ubi tey jang tey". Ce qu’il est impossible de faire dans d’autres localités. Parce que là-bas, certains sinistrés habitent jusqu’à présent dans des salles de classe. D’autres écoles sont inondées. Ils ne peuvent pas travailler. »

En tenue décontractée, Malick Fall, parents d’élèves, accompagne ses deux enfants dont l’une effectue sa toute première rentrée des classes. « Elle était toute excitée d’accompagner sa sœur. Celle-ci, en classe de CM2, cette année, est aussi très remontée pour réussir son examen. Je remercie la direction de l’école et le corps professoral parce que ce n’était pas évident mais je dois dire qu’ils ont relativement relevé le challenge de ’’Ouby tey, jang tey’’. »

Abdoulaye Diallo, un autre parent d’élève rencontré dans la cour de l’école, est, lui, dans la paperasse liée au transfert de son fils de 12 ans de Ziguinchor à Dakar. « Je veux qu’il soit plus proche de moi pour que je puisse mieux surveiller ses études. Il est en classe d’examen, CM2, maintenant », motive-t-il, une enveloppe en main.

Pourquoi avoir amené ses enfants dès le premier jour ? Malick Fall l’explique par son implication pour la « bonne marche » de l’école. « Je pense que c’est parce que je fais partie du bureau des parents d’élèves. C’est un engagement supplémentaire pour venir dès le premier jour. Mais également, toutes les fois où je suis au Sénégal, j’ai toujours tenu à venir dès la rentrée parce que le premier jour de l’école est un jour très important pour l’enfant. Ça reste dans son esprit et c’est bien qu’il soit accompagné pour ce moment important par ses parents. Et puis, c’est un bon moment pour les parents de prendre contact avec les professeurs et la direction pour voir s’il y a des choses à faire dans l’école, si ça se passe bien ou pas. Cela m’a juste coûté une demi-journée. Je me suis absenté de mon bureau mais ça en vaut la peine. »

Des primes pour motiver les enseignants

En outre, ajoute-t-il, « ici, on essaie de ne pas trop se mettre dans cette logique. On essaie de mettre les professeurs dans un bon cadre. Chaque année, par exemple, on assigne des objectifs aux professeurs, une fois qu’ils les atteignent, on essaie de les motiver avec des primes. C’est vrai que l’enseignement au Sénégal est dans une phase critique en raison des mouvements récurrents de grève. Je crois que le gouvernement doit s’engager à régler définitivement ce problème avec les syndicats d’enseignants. »

A l’instar de sa camarade de classe, la fille de Malick Fall, Collé Ardo, Penda Marème Thiam, touchant ses tresses toutes neuves, est très motivée. Trouvée en pleine révision des cours acquis au CM1, elle s’est fixée l’objectif de décrocher le CFEE et l’entrée en sixième pour passer en classe supérieure. « J’étais excitée de revoir mes amis, dit-elle. Je suis heureuse de retrouver mon école parce que je trouve que c’est la plus belle école. Je la fréquente depuis le CI. »

La classe de CE2 n’a pas fonctionné en raison d’un décès, a recueilli emedia.sn.

Vous pouvez réagir à cet article