REPORT DES LOCALES : L’OPPOSITION FAVORABLE À DES DÉLÉGATIONS SPÉCIALES

news-details
POLITIQUE

Le report des élections locales est acté. Comme introduit dans l’amendement du Gouvernement, « les élections départementales et municipales prévues le 1er décembre 2019, sont reportées pour être tenues au plus tard le 28 mars 2021 ». La loi est passée à l’Assemblée nationale, cet après-midi. Cela implique la prorogation du mandat des conseillers départementaux et municipaux. Dans l’hémicycle, les parlementaires ont largement disserté sur la nécessité de ce report. Un débat qui a été parfois houleux. C’est le député de Bok Gis Gis, Cheikh Abdou Mbacké, qui a ouvert les hostilités.

Selon lui, le dialogue politique qui a été le soubassement de ce report n’a aucune base de légitimité. Pour le parlementaire, aucun des motifs (Crise, guerre, catastrophe naturelles) prévus dans l’article 67 de la Constitution n’a été constaté pour pouvoir justifier ce renvoi des élections locales. À la place de la prorogation du mandat des maires, l’élu de Touba propose des "délégations spéciales". « Vous avez plus de maires et de conseillers, donc, vous allez proroger le mandat de vos amis », a dit Cheikh Abdou Mbacké au ministre de l’Intérieur.

Prenant la parole, Cheikh Bamba Dièye a abordé dans le même sens. Le Secrétaire général du FSDBJ, élu sur la liste "Taxawu Sénégal", se dit favorable à des délégations spéciales dans les collectivités locales. « Il s’agit de se conformer à la loi », a déclaré l’ancien maire de Saint-Louis. Même son de cloche chez la députée du Parti démocratique Sénégalais (Pds), Marie Sow Ndiaye. « Si vous voulez réellement savoir ce qui se passe dans les mairies, il fallait installer des délégations spéciales » a déclaré la jeune libérale. Qui ajoute : « Les maires ne seront plus légitimes parce que les populations leur ont élu pour cinq (05) ans »

Report des élections locales, pas nouveau

Pour apporter une réplique à leurs collègues, des députés de la majorité ont convoqué l’histoire. Selon Abdou Mbow, « Cheikh Bamba Dièye est mal placé pour parler du respect de la loi dans la mesure où, lui-même, étant maire de Saint-Louis, avait bénéficie, en 2014, d’une prorogation de son mandat ».

Des propos que le ministre de l’intérieur a confirmé. « Depuis 1993, seul le président Macky Sall a eu organisé des élections locales à l’année prévue. C’était en 2014. Sinon, toutes les élections locales ont été organisées avec, au moins, une année de glissement », s’est défendu Aly Ngouille. Pour lui, si le président de la République avait installé des ‘’délégations spéciales’’ après le report des élections locales, l’opposition pourrait se retrouver avec zéro (00) député.

Vous pouvez réagir à cet article