REPRISE DES COURS : « TOUS CEUX QUI VIENNENT DES ZONES OÙ SEVIT LE VIRUS SERONT DÉPISTÉS »

news-details
ZIGUINCHOR

Un Comité régional de développement (CRD), pour préparer la reprise des cours, s’est tenu ce mercredi, 13 mai, à Ziguinchor. À la fin de la rencontre, Guedj Diouf, le Gouverneur de la région, s’est félicité de l’acceptation de toutes les parties prenantes de la possibilité de reprendre les cours à la date du 2 juin. Non sans conditions. Puisque relève le représentant de l’Exécutif, « il s’agit de prendre toutes les mesures nécessaires et mettre en place le dispositif de contrôle sanitaire pour pouvoir permettre à tous les acteurs de pouvoir reprendre les cours dans les conditions acceptables. »

Mais il se pose le cas de 1000 enseignants qui doivent rallier la région. Sur ce point, le médecin-chef a exprimé son inquiétude sur le risque de contamination. Le Gouverneur rassure : « Des dispositions sont en train d’être prises au niveau national par les ministres de l’Éducation, de l’Intérieur et des Transports terrestres, pour faciliter le transport à ces enseignants, et aux élèves. À notre niveau, dans la région, nous allons prendre les dispositions habituelles. C’est-à-dire tous qui viennent des zones où sévit le virus seront dépistées, et si c’est nécessaire, on va les mettre en confinement le temps de voir leurs résultats. »

Cheikh Faye, Inspecteur d’académie (IA) de Ziguinchor, rappelle que ce sont les élèves en classes d’examen (CM2, 3e et les candidats au Bac) qui sont concernés, mais aussi les élèves de la Formation professionnelle et technique qui sont dans les années Terminale du BT, du BEP, du BTS, et du CAP, en plus des élèves-maitres des Centres régionaux de formation professionnelle. « Maintenant, la reprise est décidée mais reprendre dans les conditions actuelles de la pandémie demande la mise en place d’un certain nombre de dispositions pour assurer aux élèves et aux agents, les enseignants et autres cours d’encadrement, une reprise en toute sécurité dans le respect strict des mesures de prévention sanitaire », dit-il.

20 élèves par classe, tous les enseignants rappelés

Au plan de la protection également, ajoute-t-il, « il est prévu d’abord de réduire les effectifs au maximum de 20 élèves pour permettre aux élèves de s’asseoir à un par table. Ensuite, la mise à disposition de thermoflash et à l’intérieur des classes, des gels hydroalcoolisés parce qu’il y a un matériel, des outils pédagogiques qui sont communs à l’ensemble des élèves d’un même groupe. Mais également les masques. Et là, il est prévu un kit de 5 masques-lavables par personne. L’expression des besoins est formulée en fonction du nombre de personnes (élèves, surveillants, personnel, administration scolaire). »

Précision de taille : « Ce n’est pas uniquement les professeurs et les enseignants titulaires des classes d’examen qui sont appelés au retour, c’est l’ensemble des enseignants. Parce que dans l’actuel dispositif, on a davantage besoin de la contribution de tout le monde. Parce que là où vous aviez une classe de CM2 de 60 élèves, ça sera divisé en 3 groupes de 20 pour 3 enseignants. On a besoin d’enseignants pour surveiller la cour, encadrer les enfants pour éviter les attroupements pendant les heures de pause, entre autres. »

Vous pouvez réagir à cet article