RÉTRO SPORTS - 2020, UNE ANNÉE MASQUÉE

news-details
SPORT

2020, une année sous le joug d’un virus. Né en décembre 2019 à Wuhan, en Chine, le virus s’est répandu dans le monde. Fin décembre 2020, il continue à s’agripper au monde, asphyxiant tout sur son passage. Le sport n’est pas en reste. C’est d’ailleurs l’un des secteurs les plus impactés au Sénégal où la grogne du mouvement sportif est montée d’un cran.

En effet, au Sénégal, la réactivation des mesures restrictives, interdisant les rassemblements dont les manifestations sportives, pour contrer la deuxième vague qui s’est amorcée depuis le mois de novembre, a exaspéré les acteurs sportifs dont le très pondéré Me Augustin Senghor, le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF). Des négociations ouvertes avec la tutelle et les autorités sanitaires ont porté leurs fruits, avec la sortie du Comité exécutif de la FSF, portant sur le redémarrage des compétitions sur le plan local à la date du 2 janvier 2021, avec l’aval des autorités étatiques. Un protocole sanitaire est en gestation.

Un consensus qui dope les lutteurs, donnant de la voix, après dix mois sans activités, pour la réouverture de l’arène. Ces professionnels estiment qu’ils doivent être en mesure de vivre avec le virus comme les pratiquants des autres disciplines sportives. Une rencontre est, d’ailleurs, prévue entre le ministre des Sports, Matar Bâ, et le nouveau patron du CNG de lutte, Bira Sène, dans ce sens.

Demba Bâ, nouveau symbole de la lutte contre le racisme

Le mardi, 8 décembre dernier, à Paris, l’homme du match de la 6e journée de Ligue des champions entre le Paris Saint-Germain et l’Istanbul Basaksehir, n’a pas foulé la pelouse du Parc des Princes.

L’attaquant d’Istanbul Basaksehir, Demba Ba, 35 ans, a été le symbole d’une soirée mémorable dans l’histoire du football. Le Sénégalais qui a débuté cette rencontre sur le banc de touche a survolé la rencontre d’abord par ses mots puis par ses actes, forçant le respect et l’admiration de tous.

Retour sur les faits  : Après l’expulsion de l’adjoint camerounais de Basaksehir Pierre Achille Webo, fou de rage après avoir été qualifié de « negru » (noir, en roumain) par le quatrième arbitre, Ba a bondi du banc de touche. Il s’est dirigé vers l’arbitre délégué et a eu ces paroles : « Vous ne dites jamais « ce Blanc », vous dites « celui-là ». Alors, quand vous parlez d’un homme noir, pourquoi dites-vous « Ce Noir » ? » Il a ensuite lancé à l’arbitre principal, inflexible : « Vous êtes un raciste. » Conjuguant ses mots à des actes, il a demandé à ses coéquipiers et adversaires de regagner les vestiaires en signe de protestation.

Du jamais-vu dans l’histoire du football. Moins d’un quart d’heure après le début de la rencontre, les deux équipes ont pris conjointement la décision de quitter la pelouse pour dénoncer l’attitude raciste du quatrième arbitre, le Roumain Sebastian Coltescu.

Le lendemain, à l’occasion de la reprise du match, sanctionnée par une large victoire des Parisiens, 5-1, les joueurs et les nouveaux arbitres ont posé un genou à terre avant le coup d’envoi, un geste symbolique pour dire non au #racisme.

Lutte : Dr Alioune Sarr part après 26 ans de règne

Vous l’aurez compris, Dr Alioune Sarr, n’est plus le patron du Comité national de gestion de la lutte (CNG. Après 26 ans de règne, lui et son équipe, ont cédé la place, à l’actuelle équipe dirigeante menée par l’ancien président du comité régional de Kaolack. Dans son message d’adieu, le président sortant a indiqué que malgré les nombreuses attaques qu’il a essuyées, il n’a jamais songé à démissionner. À l’en croire, ce n’est pas son tempérament encore moins sa nature. « On est prêt à tout pour sauvegarder notre dignité et notre loyauté. C’était difficile mais nous n’avons jamais reculé devant la difficulté. Il y a eu des moments difficiles mais nous avons toujours eu cette philosophie que ceux qui parlaient étaient convaincus eux-mêmes qu’ils ne disaient pas la vérité. Cela a toujours été ma conviction", a-t-il dit.

Dans ce sillage, Ibrahima Sène dit ‘’Bira Sène’’ a été officiellement installé, le jeudi, 5 novembre, à la tête du CNG, par le ministre des Sports, Matar BA. Qui rappellera, à cette occasion, que lui et son équipe ont pour mission de continuer à moderniser et à rationaliser la gestion de la lutte sénégalaise.

"La nouvelle équipe du CNG doit inscrire la lutte dans une nouvelle dynamique capable de lui permettre de renforcer sa résilience et de développer ses capacités à produire les mutations nécessaires et attendues’’, a déclaré la ministre. Elle devra veiller à la mise en place d’une fédération nationale de lutte, à l’amélioration du statut de lutteur, du manager et du promoteur, la décentralisation des programmes de lutte et leur adaptation au contexte et aux réalités locales, etc, a dit la tutelle.

A ces perspectives s’ajoutent aussi l’entrée de la lutte aux jeux olympiques, la reconversion professionnelle des pratiquants par la mobilisation des potentialités économiques et sociales, entre autres.

Parmi ses premières mesures prises, Bira Sène a gracié l’ensemble des acteurs de la lutte qui étaient sous le coup de sanctions, suspensions temporaires ou radiation à vie, dont les arbitres comme Sitor Ndour.

CAN 2020, le Sénégal premier qualifié en partance pour le Cameroun

Au niveau continental, le Sénégal conduit par un Sadio Mané guéri du coronavirus, est la première nation qualifiée à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Cameroun 2022, qui aura lieu au Cameroun du 9 janvier au 6 février 2022, grâce à un but de Sadio Mané, contre la Guinée Bissau, lors de la 4e journée des éliminatoires des joutes continentales.

Très en forme, le feu follet des Lions effectue, en effet, un retour tonitruant en équipe nationale. Après avoir égalé puis effacé le record de feu Jules François Bocandé et Mamadou Niang, dans le classement des meilleurs buteurs de l’histoire du Sénégal, le numéro 10 des Lions égale celui d’El Hadji Ousseynou Diouf, en inscrivant son 21e but en sélection, après avoir ouvert le score face à la Guinée Bissau, le 15 novembre dernier, au stade du 24 septembre de Bissau, à la 82e minute de jeu.

Devant lui, se dresse désormais le record détenu par Henri Camara, auteur de 31 buts en 99 sélections. Les paris sont ouverts.

L’attaquant des Reds qui retrouve le chemin des filets après être resté muet lors de ses huit précédents matchs en Premier League, occupe une place néanmoins remarquable, au classement des meilleurs footballeurs de cette année 2020, publié par le tabloïd The Gardian, ce jeudi, 25 décembre. Malgré un recul de deux places (il était 3e de ce classement en 2019), Sadio Mané est à la 5e position, cette année, et devance un joueur comme Kylian Mbappé (7e) ou son coéquipier de Club, Mohamed Salah (8e).

Kalidou Koulibaly, défenseur de Naples et des Lions du Sénégal, y figure à la 62e place, sur 100.

Teungueth et Jaraaf en ballotage défavorable en compétitions africaines

Teungueth FC et le Jaraaf de Dakar, les deux clubs sénégalais engagés dans les compétitions africaines, sont en ballotage défavorable après leur premier match sanctionné respectivement par un nul (0-0) et une défaite (0-1), au stade Lat Dior de Thiès.

Après un baptême de feu réussi en Ligue des champions (LDC), aux dépens des Armed Forces de Gambie, au premier tour, les Rufisquois se compliquent la tâche pour la suite. Opposés mardi dernier, au Raja de Casablanca (Maroc), les Rufisquois par ailleurs champions du Sénégal, effectueront, en effet, un déplacement périlleux chez l’adversaire en vue de la phase de poules de la LDC.

Les verts et blancs, eux, engagés en coupe de la Confédération africaine de football (CAF), sont condamnés à l’exploit après s’être inclinés (0-1) face au FC San Pedro de Côte d’Ivoire, mercredi dernier, à domicile. Une très mauvaise opération qu’il faudra corriger par une nette victoire à l’extérieur pour passer au prochain tour.

Lors du tour préliminaire, le Jaraaf avait éliminé les Kano Pillars du Nigéria (3-1 et 0-0).

L’objectif pour les deux équipes est d’accéder à la phase de poules qu’aucun club sénégalais n’a plus atteinte depuis 2004 après la Jeanne D’Arc (JA) de Dakar.

Le monde du Sport, endeuillé, a également pleuré plusieurs illustres personnalités en 2020, d’ici et d’ailleurs. De Pape Diouf, à Diego Maradona en passant par Papa Bouba Diop, entre autres, ils ont été nombreux à nous avoir quitté cette année, certains, pour cause de Covid.

Vous pouvez réagir à cet article