RETROUVAILLES IDY-MACKY : CE N’EST PAS DEMAIN LA VEILLE !

news-details
ANALYSE

« Je salue aussi l’opposition et mon cher aîné Idrissa Seck et tous les autres. Je voudrais vous dire, au-delà de la diversité de nos trajectoires ; nous avons en commun la seule et grande référence qu’est ce pays, qui est le nôtre. Cette terre de nos ancêtres vaut bien que toutes les contradictions soient dissoutes. » Macky Sall a fait un clin d’oeil, hier dimanche, à Idrissa Seck, lors de la cérémonie d’hommage à Ousmane Tanor Dieng.

Ces propos du président de la République, précédés d’une chaude poignée de mains, accompagnée d’un large sourire, entre lui et Idrissa Seck, ont remis au goût du jour le débat sur les retrouvailles entre les personnalités politiques. Certains sont allés vite en besogne parlant d’une possible décrispation entres les deux ex frères de parti que tout sépare aujourd’hui au plan politique. D’autre plus cyniques, confirment le deal, longtemps soupçonné entre Macky et Idy.

Mais du côté de l’Alliance pour la République (Apr), on préfère mettre en exergue la constance de leur leader qui, depuis son accession à la magistrature suprême, n’a cessé de rassembler les Sénégalais autour de l’essentiel. « Le président Macky Sall a toujours était constant dans sa démarche. C’est-à-dire, regrouper tous les fils et filles de ce pays autour de l’essentiel qui est le Sénégal. C’est ça qu’il a confirmé, hier », a précisé le porte-parole adjoint de l’Apr, Abdou Mbow.

Quant au Rewmi, parti de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, les propos du président Sall sont placés dans son contexte. Pas plus !

Joint par emedia.sn, le chargé des relations extérieures de ce parti, Yankhoba Seydi, note qu’il y a « de très lourds contentieux » qui existe entre son leader et le président Macky Sall. À l’en croire, même le dialogue politique, en cours, ne pourrait pas régler ce contentieux. « C’est un contentieux sérieux. Il y a juste un an, les gouvernants actuels ont validé le hold-up électoral. Personne ne peut faire croire que ce vote-là n’est pas un hold up. C’est clair. C’est le suffrage des Sénégalais qui a été confisqué. Quand vous volez un scrutin, vous volez à un peuple ce qu’il a de plus précieux. Cela participe à une exaspération du climat politique dont les acteurs portent la contestation. Si vous devez ajouter à tout cela le fait que les décisions politiques prises ici et là, ce sont des malheurs, des catastrophes sur le plan économique, social. À tous les niveaux, il n’y a rien qui peut restreindre ce climat-là », prophétise Seydi.

Que de l’adversité, pas d’animosité

En tout est état de cause, le politologue, Ibou Sané pense que cette poignée de mains est une belle image dans une démocratie qui se respecte. « En démocratie, tout devrait se passer ainsi. Il ne devrait pas y avoir de l’animosité entre les acteurs. Il ne devrait y avoir que de l’adversité et cette dernière ne devrait se baser que sur des idées et non allée jusqu’à des invectives, de la calomnie ou de la dénonciation », renseigne l’Enseignant à l’Université Gaston Berger. Contrairement à ce que les gens pensent, pour M. Sané, cette poignée de mains entre Idy et Macky ne signifie pas de facto des retrouvailles. « C’est après le dialogue politique que l’on pourrait voir les prémices d’un rapprochement ou une d’une éventuelle distanciation des uns et des autres.
Dans une République qui se respecte, les acteurs politiques peuvent se retrouver autour de l’essentiel. Il ne faut pas aller très vite en besogne. Les gens pensent le président Macky Sall veut passer le témoin à Idy. Ce n’est pas possible. Nous sommes en démocratie. Dans une démocratie, c’est le peuple qui choisit », a rappelé Ibou Sané.

Vous pouvez réagir à cet article