ROUGEOLE, FIEVRE JAUNE, MÉNINGITE... : EXPLICATIONS SUR LES RECENTES FLAMBÉES

news-details
SANTÉ

"Les récentes flambées de rougeole, mais aussi de fièvre jaune, de choléra et de méningite mettent en lumière les lacunes inquiétantes observées en matière de couverture vaccinale et de surveillance de la vaccination en Afrique". Le diagnostic est prononcé par la directrice régionale pour l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Matshidiso Moeti, dans un communiqué.

Le document lie cette situation "à une faible couverture de la vaccination systématique ou aux retards dans les activités de vaccination." En effet, y constate Matshidiso Moeti : "l’efficacité de la surveillance de la rougeole en Afrique est tombée au plus bas niveau en sept ans (…) à tel point que seulement 11 pays ont atteint leur objectif", en 2020.
D’autant plus qu’appuie-t-elle, des données de l’OMS révèlent qu’environ 16,6 millions d’enfants n’ont pas reçu les doses supplémentaires de vaccin contre la rougeole, des doses qui auraient dû être administrées en Afrique entre janvier 2020 et avril 2021.

En Afrique, neuf millions d’enfants ne reçoivent pas leurs doses de vaccins d’importance vitale chaque année. C’est ainsi qu’elle invite "tous les pays à redoubler leurs efforts dans la fourniture des services de santé essentiels, notamment en ayant recours aux campagnes de vaccination qui permettent de sauver des vies."

"Tout en menant la riposte contre le Covid-19, nous devons veiller à ce que nul ne soit gravement exposé aux maladies à prévention vaccinale", recommande-t-elle.
L’OMS estime que la rougeole est une affection tellement contagieuse que le taux de couverture vaccinale doit toucher 95 % de la population, pour éviter les flambées épidémiques dues à cette maladie.

En 2019, seulement sept pays d’Afrique ont atteint un taux de couverture de 95 % par le vaccin à valence rougeole, indique le communiqué. Selon l’OMS, en Afrique, environ neuf millions d’enfants ne reçoivent pas leurs doses de vaccins d’importance vitale chaque année, et un enfant sur cinq n’est toujours pas protégé contre les maladies à prévention vaccinale. C’est ‘’une situation qui coûte la vie à plus de 500.000 enfants âgés de moins de cinq ans en Afrique, chaque année’’, lit-on dans le communiqué.
Malgré ces difficultés, l’Afrique a été certifiée exempte de poliovirus sauvage en 2020. La vaccination a également un impact bénéfique considérable sur d’autres maladies comme le cancer du col de l’utérus, l’hépatite et la maladie à virus Ebola.

Les Etats membres de l’OMS vont célébrer la 11e Semaine africaine de la vaccination, du 24 au 30 avril. Ce sera l’occasion d’une campagne annuelle qui va offrir aux partenaires l’occasion de se mobiliser pour lancer un appel en faveur de l’accès universel aux vaccins vitaux et mener une action plus concertée dans le domaine de la vaccination en Afrique.

Vous pouvez réagir à cet article