image

Retard dans l’exécution : Les populations de Keur Ndiaye Oumy chargent Myna distributions

image

Le courant ne passe plus entre Keur Ndiaye Oumy et l’entreprise en charge du projet d’électrification de leur village, Myna distributions. Les populations de la localité située dans la région de Louga, très remontées contre l’entreprise. Leur porte-parole et notable du village, Serigne Abdou Lô, dénonce les énièmes retards dans l’exécution du programme.

Il souligne que cela fait un mois que les travaux sont à l’arrêt. Ce, après que la société a commencé à poser les poteaux électriques. Selon lui, les populations avaient rempli toutes les conditions nécessaires pour bénéficier du projet. Mieux, précise-t-il, elles avaient même eu l’aval des collectivités territoriales et du service des Eaux et Forêts.

Ainsi, Myna distributions devait mettre en œuvre le projet mais c’est Ndaraw Technolo, un GIE, qui devait sous-traiter. « Malheureusement, cela tarde toujours, regrette Serigne Abdou Lô, dans les colonnes de Walf Quotidien. L’entreprise n’a affiché aucune volonté de payer. Elle nous sert toujours des promesses non tenues. D’ailleurs, beaucoup d’employés de Ndaraw Technologie sont partis. Ce qui prouve qu’ils ne disent pas la vérité. Il ne reste que le chef de chantier qui attend le paiement de ses salaires. Donc, les travaux sont à l’arrêt sans aucune explication. Le directeur technique de Myna se la coule douce à Dakar. Il a abandonné le chantier, l’entreprise sous-traitante et les travailleurs. »

En face, le directeur technique de Myna distributions, l’entreprise adjudicataire, Yoro Diouf, charge l’entreprise sous-traitante. « Nous allons finir l’électrification de cette localité. Je précise que nous avons un stock de lampes au magasin qui est disponible. Les populations doivent savoir être patientes. Nous avons implanté les supports et tiré le câble qui est dans le village. Il ne reste que les arbres à élaguer pour terminer le reste. Et si l’entreprise (sous-traitante, Ndlr) ne respecte pas cette procédure, on l’amènera devant la justice et elle répondra de ses actes. D’ailleurs, je serai sur le site. Nous n’avons pas intérêt à ce que ces travaux tirent en longueur parce que nous sommes payés après avoir effectué le service », soutient-il.

22 décembre 2021

------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article