Roger Felmon Salah : « On a envie de voir des Marvel africains »

news-details
CINÉMA

Distingué à la 26ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision d’Ouagadougou (FESPACO) 2019, dans ’’Un air de kora’’, film de la réalisatrice sénégalaise Angèle Diabang, Roger Felmon Salah, Sénégalo-togolais, entre en scène dans l’épisode 5 de la série policière, ’’Sakho et Mangane’’. Dans laquelle il se meut dans le rôle d’un directeur de banque impliqué dans le viol et le meurtre d’une fille dont la meilleure amie est sa copine dans la série. A la fin, il se retrouve en prison. L’acteur qui ne cache pas sa joie, décrit « un projet vraiment fabuleux, phénoménal. C’est un très (très) beau projet. On a beaucoup appris, il y a des acteurs internationaux, des acteurs qui ont du talent et en tant que jeunes acteurs qui venons de démarrer dans le cinéma, c’était un grand tournant dans notre carrière. Surtout, cela nous a beaucoup appris. » S’exprimant lors de l’avant-première diffusée, jeudi 14 mars, dans la salle du Canal Olympia, il croit dur comme fer « que l’Afrique est le futur du cinéma. Nous, on y croit parce qu’on y est. A voir tous ces exploits qui se font, tous ces films qui prospèrent, c’est que du bonheur et on s’en réjouit. C’est un excellent signe. » Pour que la mayonnaise prenne très vite, il insiste sur « la formation pour les acteurs. »

Optimiste, Roger Felmon Salah, rendu célèbre pour ses personnages dans les séries ’’Pod et Marichou’’ et ’’Nafi’, rappelle que ’’Sakho et Mangane’’ est « dans l’optique de créer des héros africains. Pourquoi pas ? Parce qu’on a envie de ça, de voir des héros, des ’’Marvel’’ africains et qu’il y ait des enfants qui s’inspirent de cela, que le cinéma aille de l’avant. Je crois que c’est bien possible et on est déjà dans cette lancée. » Puis, l’acteur qui dresse le profil d’un héro africain décrit « quelqu’un qui inspire en bien, qui te pousse à faire quelque chose de bien demain. Parce qu’on connait des héros comme Superman ou Thor, c’est des justiciers qui font du bien. C’est possible pour les Africains aussi. »

Vous pouvez réagir à cet article