SAMBA SY, MINISTRE DU TRAVAIL : « LA QUESTION DU TEMPS DE TRAVAIL DOIT ÊTRE AGITÉ... »

news-details
PROBLÉMATIQUE DES FÉRIÉS

La question du temps de travail au Sénégal mérite un débat national ! C’est du moins l’avis du ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions. « Nous allons à un dialogue national et il me semble que la question du temps de travail devrait également agitée à cette occasion et nous devrions discuter, voir objectivement ce qui est le plus pertinent, ce que nous devons faire, quels sont les jours de fête à conserver... Après en avoir discuté, nous pourrions le consigner dans la loi », a suggéré le ministre, qui se prononçait sur la problématique des jours de fête au Sénégal.

Selon lui, le lendemain de la Tabaski et la veille du 15 Aout sont des jours ouvrables. Ce, tout autant du reste que le vendredi 16 Aout. Ainsi, il met en garde les agents qui s’absenteraient indûment de leur poste en leur rappelant qu’ils encourent des mesures disciplinaires. « Nous ne pouvons pas faire société si nous ne fonctionnons pas sous le mode de loi que nous consentons à respecter. La règlementation en vigueur dispose que si la tabaski se déroulait un dimanche, le lundi d’après serait férié. Mais puisque la fête s’est déroulée le lundi, ce mardi est un jour ouvrable.

Maintenant, il est évident que quelqu’un qui doit faire une fête de tabaski à des centaines de kilomètres de Dakar objectivement peut avoir des difficultés à revenir le lendemain matin à son lieu de travail. Mais dans ce cas de figure là, la règle c’est qu’on dépose, en bonne et due forme, une autorisation d’absence qui peut être défalquée sur les jours de congés », a insisté Samba Sy, qui invite au respect de la réglementation. « Il nous faut faire un effort pour que nous nous accordions sur les règles et que nous les mettions en vigueur. C’est une question d’exigence sur soi-même. C’est sur cette base que nous pourrons ensemble nous mettre au travail et faire le travail comme il se doit. Tant qu’un communiqué n’est pas diffusé qui indique clairement qu’un jour de travail est déclaré férié, on ne doit pas faire comme si c’est un jour férié », ajoute-t-il.

Par ailleurs, le ministre a été interpellé sur l’affaire du licenciement de deux agents de la pharmacie Guigon pour une histoire de pause-prières. Pour lui, il faut qu’on fasse appliquer la plénitude des lois en vigueur dans notre pays. « Cette affaire est pendante devant l’inspection du travail mais il me semble nous devons tous convenir qu’il y a une réglementation et l’appliquer de manière rigoureuse et totale. Si nous le faisons, nous croyons que les champs de confrontation seront minorés », pense le ministre du travail.

Vous pouvez réagir à cet article