image

SÉBASTIEN HALLER PARLE DE SON COMBAT CONTRE LA MALADIE

image

L’attaquant ivoirien, Sébastien Haller, qui a rejoint le Borussia Dortmund, cet été, pour remplacer Erling Haland, parti à Manchester City, est loin des terrains. Il suit un traitement lourd, une chimiothérapie, pour combattre une tumeur aux testicules, détectée lors du stage de présaison de son nouveau club, qui a déboursé 31 millions d’euros pour s’attacher ses services.

Crâne dégarni par les effets du traitement, il rassure sur son état de santé. « Je vais bien, s’est-il confié à ESPN. C’est une nouvelle situation pour tout le monde. Surtout pour moi et ma famille. J’ai de la chance d’avoir beaucoup de monde autour de moi et beaucoup de soutien. J’ai aussi de la chance de ne pas me sentir mal. Je peux encore marcher tous les jours et passer du temps avec ma famille et mes amis pour que tout aille bien. »

`« La première chose à laquelle j’ai pensé était : ’’Je ne suis ici que depuis dix jours et je ne peux même pas jouer pour le club’’, raconte l’ancien de l’Ajax Amsterdam. Nous avons beaucoup fait pour ce transfert. Tout le monde était content et je voulais vraiment jouer. Cela ne semble pas être une bonne affaire, mais si tu réfléchis, tu vois que tu ne peux rien y faire. Tu n’aurais pas pu l’éviter. »

Il révèle avoir eu « une sensation bizarre dans mon estomac », après le diagnostic : « ça n’a pas fait mal, c’était juste une sensation bizarre. Parfois, vous pensez que ça va disparaître après quelques jours, mais ça ne me semblait pas bien. C’est pour ça que j’ai décidé de regarder ce qui n’allait pas. La première échographie a été faite à 21h et une IRM le lendemain à 9h du matin. Ensuite, c’est devenu une biopsie. La tumeur était là depuis plusieurs semaines ou peut-être même un ou deux mois. C’est quelque chose que tu ne peux pas ressentir. En 24 heures, j’ai fait beaucoup de tests. Nous avons dû attendre l’opération pour voir ce que c’était exactement. Ils l’ont vu juste là. Quand tu entends le mot (tumeur), c’est choquant. »

Poursuivant, il explique : « tu vas à l’hôpital pendant 5 jours et tu es sous intraveineuse pendant 24 heures. Vous ne pouvez pas bouger, vous restez simplement allongé dans votre lit. Surtout pendant ces jours, vous perdez de la force musculaire et de la forme physique. Le premier jour de mon retour, j’ai commencé à marcher et je suis allé à la salle de gym. Je pense que les gens d’Amsterdam m’ont aussi vu courir dans les bois. Mon kiné était là. Ma femme et ma mère étaient là, donc je pouvais bien manger aussi. Je marche tous les jours et vérifie mon corps. Je n’ai pas perdu tant que ça après deux semaines. Je suis même au même niveau qu’il y a quelques mois. C’est bon signe et j’espère que ça restera comme ça. Je me sens très bien ».

Dié BA

31 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article