SÉISME AUX JO : SIMON BILES RENONCE AU CONCOURS INDIVIDUEL DE GYMNASTIQUE

news-details
TOKYO 2020

Après avoir abandonné par équipes et subi une évaluation médicale, Simone Biles, la superstar de la gymnastique, ne participera pas au concours général individuel jeudi. Elle est encore qualifiée pour quatre finales qui doivent se tenir la semaine suivante. Il y a quelques années, l’athlète avait été agressée sexuellement par l’ex-médecin de l’équipe féminine américaine Larry Nassar.

L’annonce fait l’effet d’une onde de choc. Star attendue des épreuves de gymnastique des Jeux olympiques de Tokyo, Simone Biles a déclaré forfait, mercredi 28 juillet, pour le concours général individuel qui a lieu jeudi. "Après une évaluation médicale, Simone Biles s’est retirée de la finale du concours général", a indiqué la fédération américaine de gymnastique sur son compte Twitter.

Elle est encore qualifiée pour quatre finales qui doivent se tenir la semaine suivante. "Simone va continuer à être évaluée quotidiennement pour déterminer si elle participera aux compétitions individuelles de la semaine prochaine", a précisé la fédération.

La championne avait déjà abandonné la veille ses coéquipières de l’équipe des États-Unis durant le concours général "pour des raisons médicales". Elle a expliqué devant la presse devoir "faire face à ses démons" et "ne plus avoir autant confiance" que par le passé. "Je dois faire ce qui est bon pour moi et me concentrer sur ma santé mentale et ne pas compromettre ma santé et mon bien-être", a-t-elle affirmé, tout en ajoutant qu’elle ressentait une forte pression psychologique alors qu’elle est en lice dans six finales à Tokyo.

Championne hors norme, Simone Biles, âgée de 24 ans, a été marquée par de nombreuses épreuves. Élevée par une mère alcoolique et droguée, placée dès son plus jeune âge en famille d’accueil, elle a ensuite subi une énorme pression en tant que championne précoce. En 2018, après des années de silence, elle avait aussi révélé être l’une des victimes de l’ancien médecin de l’équipe nationale Larry Nassar, condamné pour abus sexuels sur des gymnastes.

En rendant publiques ses fragilités et en décidant de se retirer de la compétition par équipes, Simone Biles s’est attirée de nombreux soutiens un peu partout dans le monde. L’ancienne première dame Michèle Obama, dont elle est proche, lui a ainsi adressé un message sur Twitter. "Nous sommes fiers de toi et nous sommes avec toi", a-t-elle écrit.

Au-delà du monde du sport, Simon Biles a aussi reçu des encouragements. Elle mérite de "la gratitude et du soutien", a ainsi tweeté Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche. "Toujours la ’GOAT’ (la meilleure, NDLR) et nous avons tous de la chance de pouvoir la voir en action", a-t-elle ajouté en félicitant l’ensemble de l’équipe de gymnastique.

Simone Biles a rejoint un nombre croissant de grands sportifs, comme la star du tennis japonaise Naomi Osaka ou la légende de la natation américaine Michael Phelps, qui se sont confiés sur les façons de gérer le stress et les conséquences parfois écrasantes de leur succès.

Le nageur, 28 médailles olympiques dont 23 en or, a souffert de dépression après chacun des JO auxquels il a participé, entre Sydney-2000 et Rio-2016. Lors de sa plus grave, après Londres en 2012, il avait passé des jours enfermé seul dans une chambre. "Les Jeux olympiques sont écrasants. Il y a beaucoup d’émotions qui entrent dedans", a réagi Michael Phelps sur NBC à l’annonce du retrait de Simone Biles. "Nous portons beaucoup de choses et beaucoup de poids sur nos épaules. C’est un défi, surtout quand nous avons les lumières sur nous et toutes les attentes qui nous pèsent".

Depuis sa retraite, l’ancien champion œuvre pour la santé mentale. En 2010, il a lancé la Fondation Michael Phelps, qui enseigne aux enfants à être en bonne santé et actifs. Il siège également au conseil d’administration de Medibio, une entreprise spécialisée dans le diagnostic des troubles de santé mentale.

Vous pouvez réagir à cet article