"SÉLECTION" PRÉSIDENCE DE LA CAF : MOTSEPE, THE RICH MAN AT THE RIGHT PLACE

news-details
FOOTBALL AFRICAIN

L’Afrique du football a un nouveau président. On se gardera de rajouter l’adjectif "élu" même si, officiellement, il l’aura été... par acclamation. Le Sud-Africain Patrice Motsepe, devenu unique candidat en lice par la volonté d’un président de la FIFA soucieux de préserver sa mainmise sur le continent, a finalement été désigné président de la Confédération africaine de football (CAF), ce vendredi, à Rabat (Maroc), où se tient la 43e assemblée générale de l’instance.

À 59 ans, la troisième fortune de l’Afrique du Sud, et 10e de l’Afrique, tout court, prend ainsi ses aises dans le fauteuil cédé par le Malgache Ahmad Ahmad, qui passe d’ancien protégé d’Infantino à un banni de la table de Rabat, celle du partage du gâteau. Heureux bénéficiaire du protocole de Rabat, Motsepe se fera, comme prévu, assister par Me Augustin Senghor (1er vice-président), Ahmed Yahya (2e vice-président), Souleiman Waberi (3e vice-président) et Jacques Anouma, nommé Conseiller spécial du président. Les postes de 4e et 5e vice-présidents sont occupés respectivement par l’inusable marocain Fouzi Lekjaa et le Nigérian Amaju Pinnick, tandis que le Congolais Constant Selemani Omari, pendant longtemps 1er vice-président et récemment président par intérim suite aux sanctions contre Ahmad Ahmad, est éjecté totalement de la gouvernance du football africain.

À peine la sélection validée, le tout-nouveau président de la CAF a partagé un discours dans la sobriété qui a jusqu’ici caractérisé son parcours. "C’est un immense honneur pour moi", a-t-il lancé à "la grande famille du football africain" dont il a salué l’unité.

Dans la foulée, son mentor a, lui aussi magnifié cette unité. "Vous avez tous la même vision aujourd’hui, c’est la célébration de cette unité", a déclaré le président de la Fifa Gianni Infantino à l’ouverture des débats de l’Assemblée générale qui a également consacré l’élection des autres membres du Comité exécutif de la CAF.

Vous pouvez réagir à cet article