image

SIGNATURE DE DEUX CONVENTIONS POUR UN MONTANT DE 177 MILLIARDS FCFA

image

Dans le cadre de sa visite officielle au Sénégal, Dr Akinwumi Adesina, Président du groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), accompagné de sa délégation, a procédé, ce jeudi, avec le ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, à la signature de conventions de financement relatives au programme d’appui et d’accélération industrielle à la compétitivité et à l’emploi et le programme de désenclavement des zones agricoles et minières pour la phase 1. S’exprimant justement à cette occasion, Amadou Hott a indiqué que le montant de ces deux programmes est de 177 milliards de Fcfa. A cela s’ajoute un protocole de don pour le secteur privé d’un montant de 580 millions de nos francs. "Je saisis cette opportunité pour remercier l’ambassadeur du Japon au Sénégal pour l’appui de son pays pour ce programme. Monsieur le président de la Bad, le programme d’appui et d’accélération industrielle à la compétitivité et à l’emploi qui bénéficie d’un prêt de la Bad d’un montant de 71,5 milliards de francs Cfa a pour objectif de soutenir l’accélération de l’industrialisation et la création d’emplois au Sénégal", a-t-il indiqué. Ce financement, poursuit-il, vise à soutenir le mécanisme de relance qui a été validé dans le PAP2A en septembre 2020 par le président Macky Sall. Selon Amadou Hott, le financement de ce programme va aider à la compétitivité des chaînes de valeur prioritaire des micros, petites et moyennes entreprises et l’accroissement des investissements privés et les partenariats publics privés.

Ce programme est structuré autour de quatre composantes que sont le renforcement de la compétitivité des chaînes de valeur, la mise en place d’une task force compétitivité à Dakar et dans six régions également pilotes du Sénégal, l’assistance technique, la formalisation et l’adoption des technologies. Sans oublier l’accès au financement des petites et moyennes entreprises formelles et informelles. Un volet concerne aussi le financement pour l’autonomisation des femmes avec la DER qui va recevoir une partie du financement. Non sans oublier le fond qui sera géré par le Fonsis et qui va aider les entreprises à avoir plus de capitaux ainsi que le renforcement des investissements privés.

Sur le programme de désenclavement des zones agricoles et minières, renseigne le ministre, un montant pratiquement de 100.000 milliards de francs CFA a été dégagé. "Il aura pour objectif de désenclaver la zone nord. Et 120 Pme/Pmi auront accès au marché ici au Sénégal et à l’étranger", a observé Amadou Hott.

Pour sa part, Dr Akinwumi Adesina, Président du groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) a soutenu qu’en dehors de ces financements, les jeunes doivent rester en Afrique et participer au développement de leur continent. "L’avenir des jeunes africains ne doit pas rester en Europe, il ne doit pas rester aux États-Unis, il ne doit pas rester en Asie, il ne doit pas rester en Amérique Latine. Il doit rester ici en Afrique. Et pour ce faire, il faut de la confiance pour les jeunes. Il faut beaucoup de confiance dans les jeunes", a-t-il insisté. Avant de poursuivre : " l’Afrique n’est pas pauvre mais, c’est la gestion de ses richesses qui pose problème. Et la richesse la plus importante, ce sont les jeunes".

Cheikh Moussa SARR
Photos : Abdoulaye SYLLA

27 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article