image

SON PROCÈS RENVOYÉ, KALIPHONE RESTE EN PRISON

image

Initialement prévu ce lundi 3 octobre 2022, le procès de Kaliphone a été renvoyé au 6 octobre prochain sur demande des avocats de la partie civile. À les en croire, leur cliente Adja Thiaré Diaw est hospitalisée alors qu’elle doit comparaître pour la manifestation de la vérité. Cependant, les avocats du mis en cause se sont opposés au renvoi. Selon Me Soumaré, leur client Kaliphone a reconnu sans ambages les faits de coups et blessures volontaires qui lui sont reprochés. Donc, cette affaire doit être jugée. Également, indique l’avocat, la partie civile n’a jamais répondu à une des convocations. De son côté, Me Fall estime que la partie civile souhaite le renvoi pour maintenir Kaliphone dans les liens de la détention. « l’hospitalisation de la partie civile est en cours. Et rien ne prouve qu’elle comparaisse la semaine prochaine. C’est du dilatoire. Si on renvoie l’audience c’est sûr que mon client va rester en prison », a déclaré l’avocat qui a été suivi à la lettre par ses confrères Mes Daff et Ndiaye.

Pour sa part, Me Amadou Diallo, avocat de la partie civile, a soutenu qu’il y’a un témoin à décharge dans ce dossier. C’est pourquoi il souhaite qu’Adja Thiaré Diaw comparaisse. « Pour rendre justice à ma cliente qui est hospitalisée, on demande le renvoi à huitaine », a-t-il plaidé. C’est sur ces entrefaites que le juge a donné la parole au maître des poursuites pour se prononcer sur la demande de renvoi. Mais, le parquetier, ne comprend pas la logique des avocats. « Ils ne plaident que quand ça les arrange. Ce dossier a été informatisé. Il y’a des choses qui ont été avancées et les avocats de la défense parlent de trouble psychiatrique mais, indique le procureur, rien ne le prouve . Les faits ont eu lieu le 22 septembre et la dame a été hospitalisée le 30 septembre. Il y’a beaucoup de choses à éclaircir dans ce dossier. Donc, je m’en rapporte à la sagesse du tribunal », a dit le maître des poursuites.

Pour finir, le tribunal a accepté la demande de renvoi formulée par la partie civile. Ainsi, la défense a formulé une demande de liberté provisoire. Elle explique Kaliphone représente toutes les garanties de représentation et il sera dans les dispositions de comparaître à la date du renvoi. « Au départ on a parlé de grosse montagne en parlant de crime. Mais, vous vous êtes rendu compte que l’affaire s’est dégonflée. C’est pour toutes ces raisons que nous demandons la liberté provisoire », a-t-elle ajouté. Interpellé sur la demande de mise en liberté provisoire du mis en cause, le ministère public s’en est rapporté à la sagesse du tribunal. Au finish, le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar a rejeté la demande. Avant de confirmer la date du renvoi au 6 octobre prochain.

Cheikh Moussa SARR

3 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article