SONKO, APRÈS SA RENCONTRE AVEC WADE : « NOUS AURIONS BIEN AIMÉ AVOIR LE SOUTIEN DU PDS... »

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

L’information vient de tomber. Me Wade ne soutient pas Ousmane Sonko. Le Pape du Sopi reste sur sa position selon laquelle « pas d’élection présidentielle sans Karim Wade. » Loin de s’avouer vaincu, Ousmane Sonko annonce qu’il va continuer les discussions à toutes les étapes du processus avec le secrétaire général national (SGN) du Parti démocratique sénégalais (PDS) afin « de voir dans quel sens orienter le combat que nous voulons mener ensemble pour le Sénégal. »

« Nous aurions bien aimé avoir le soutien du PDS et du président Abdoulaye Wade mais ce n’était pas à l’ordre du jour de cet entretien parce que le PDS n’est pas dans une dynamique de soutien d’un candidat », précise le candidat de la coalition « Sonko président », face aux journalistes à l’issue de son entretien à huis clos avec Wade, au Terrou bi, ce samedi, 9 février.

Il ajoute : « On a aujourd’hui, l’accord de Wade d’abord sur le premier volet qui est extrêmement important c’est-à-dire que nous puissions avoir une élection transparente. Quelle que soit la date, qu’on aille vers une élection en réglant les questions déjà soulevées, qui puissent permettre à tous les candidats qui remplissent les critères conformément à la Constitution, de participer et que le jeu démocratique détermine après le choix des électeurs. Nous sommes tout à fait prêts à l’accompagner car je suis tout à fait solidaire par rapport à ce combat juridiquement fondé et constitutionnellement établi. »

Selon les précisions d’Ousmane Sonko, leur discussion a porté sur « le processus électoral, aussi l’enjeu dudit processus mais surtout des écueils qui ne manquent sur le chemin de l’opposition dans sa globalité et particulièrement des candidats issus de l’opposition. Nous avons entendu les arguments du président Abdoulaye Wade, qui a pris le temps de nous les détailler, les expliciter. Nous les avons bien compris parce qu’effectivement, c’est le combat que toute l’opposition mène depuis plusieurs mois voire années maintenant, lié au fichier électoral qui n’est pour le moment pas disponible à aucun opposant. »

Vous pouvez réagir à cet article