SONKO EXIGE LA LIBÉRATION DE BOUBACAR SÈYE ET VILIPENDE LE PROCUREUR

news-details
JUSTICE

Le chef de file de Pastef les Patriotes a fait une sortie pour se prononcer sur l’arrestation du président de Horizon Sans Frontière, arrêté le vendredi dernier à l’aéroport international de Diass et placé en garde à vue à la Section de recherches de Colobane, avant d’être placé sous mandat de dépôt ce mardi. Mais, pour Ousmane Sonko le président de Horizon Sans Frontière « est pris en otage par l’État du Sénégal pour son combat pour la clarification de la nébuleuse des sommes faramineuses reçues des partenaires du Sénégal et jamais arrivées à leurs véritables destinataires : la jeunesse Sénégalaise ».

Exigeant la libération immédiate de Boubacar Sèye, Ousmane Sonko demande au procureur Serigne Bassirou Gueye d’ouvrir une instruction judiciaire contre tous ceux qui, comme lui, reprennent à leur compte les propos et interrogations de Monsieur Sèye. « Le Président de Horizon Sans Frontières (HSF) a affirmé avoir participé à un séminaire, organisé par le médiateur de la République, au cours duquel il avait interpellé la représentante de l’UE sur le soutien dont le Sénégal devait bénéficier de la part de l’UE dans la lutte contre l’émigration clandestine. Cette dernière lui aurait rétorqué que l’UE avait versé 118 milliards à l’État du Sénégal pour lutter contre ce fléau en lui donnant les preuves. Par la suite, le sieur Sèye, à l’occasion de ses sorties médiatiques, a fustigé l’attitude du gouvernement sur la gestion de ces fonds sans manquer d’inviter les autorités à se prononcer sur la façon dont l’argent a été géré et exiger un audit sur leur destination de 2005 à ce jour », a rappelé Ousmane Sonko qui indique que le seul crime que M. Sèye a commis, c’est d’avoir pointé du doigt la direction vers laquelle Macky et compagnie ne veulent pas qu’on regarde.

« Opération de représailles politiques »

Ce qui lui fait dire que « dès lors que dans ses sorties, Monsieur Sèye a fustigé le phénomène de l’immigration clandestine comme la résultante de la pauvreté extrême et de l’échec ou l’absence de politiques gouvernementales conséquentes, il est alors évident qu’il est plus question d’une opération de représailles politiques, fruit de la rancune légendaire de Macky Sall, que d’une procédure judiciaire visant un quelconque délit ». Ousmane Sonko a lancé des piques au maître des poursuites qui, laisse-t-il entendre, est le bras armé du gouvernement.

« Serigne Bassirou Guèye, est habitué à ces excès sous forme de cabale contre les pourfendeurs de la gestion corrompue du régime et contre ses adversaires politiques. Pendant ce temps, des dizaines de rapports (l’IGE, Cour des comptes, OFNAC...) épinglant des escrocs de la Républiques protégés par Macky Sall, leur parrain qui en fait des ministres, directeurs généraux et autres responsabilités publiques, sont tranquillement enfermés dans ses tiroirs au palais de justice », a dénoncé Ousmane Sonko.

Vous pouvez réagir à cet article