SONKO EXPLIQUE POURQUOI IL NE VA PAS VOTER LA LOI D’HABILITATION

news-details
coronavirus

Quelques jours après avoir été reçu par le président de la République, Ousmane Sonko a décidé de ne pas voter la loi d’habilitation devant permettre à Macky Sall d’avoir les coudées franches pour mener la lutte contre le coronavirus, en ayant les pleins pouvoirs sur le plan sécuritaire, sanitaire, financière et politique. Pour le leader de Pastef les Patriotes, malgré le contexte, il n’est pas question de permettre au président Sall de diriger le pays par ordonnances sans qu’il ne présente un plan-programme clair et précis. Dans un communiqué détaillé, Sonko a émis la liste de ses réserves face à une loi qu’il juge vague et imprécise. « En ces temps d’anxiété nationale, il peut paraître périlleux de prendre position, tant il a été vendu à l’opinion l’impératif commun de « s’aligner » derrière le Président de la République, dira-t-il, en faisant allusion à la série d’audiences au Palais, la semaine dernière. Oui pour l’union sacrée pour faire face à un ennemi commun aussi insaisissable que vicieux ! Mais cela ne doit pas signifier pour autant une négation des rôles et des responsabilités. Le temps de guerre est certes le temps de la solidarité nationale, mais uniquement dans l’intérêt général. »

Pour le député, arrivé 3e à la dernière élection présidentielle de Février 2019, le chef de l’Etat n’aurait pas respecté ses engagements pris lors de l’entrevue entre les deux hommes. Cela concerne ainsi « les questions relatives, entre autres au détail de la dotation du fonds FORCE-COVID-19 (mesures de réallocations budgétaires, recours aux mécanismes multilatéraux d’endettement, reste attendu de donateurs), au détail des crédits programmés pour le volet sanitaire (soignants, masques et gels, kits de détection rapide, équipement des centres d’accueil et de traitement) ; pour le volet social (aides alimentaires, enseignement privé, couches vulnérables (talibés, marchés) ; pour le volet économique (organisation de la résilience et la relance de l’économie, soutien aux PME/PMI en difficulté, usage de l’instrument fiscal, …), à la forme et la nature de la mesure annoncée de soutien à la diaspora, à la pertinence de la mesure annoncée de réquisition des hôtels en lieu et place ? d’édifices publics donc certains sont déjà équipés de lits (universités). »

L’opposant exige ainsi une visibilité sur ce que le président Sall compte faire durant cette guerre contre le coronavirus.

Vous pouvez réagir à cet article