SONKO PRÉSENTE SES EXCUSES À LA 2STV ET MAINTIENT SES PROPOS CONTRE LES AUTRES

news-details
ATTAQUES CONTRE LA PRESSE

En conférence de presse conjointe ce dimanche, les candidats à l’élection présidentielle Ousmane Sonko et Idrissa Seck ont accusé des média nationaux et internationaux, notamment la 2STV, GFM, RFI de donner des résultats tendancieux. Des accusations qui ont suscité une indignation générale des professionnels des média et de la communication. C’est, peut-être, ce qui a poussé le leader de Pastef à mettre de l’eau dans son « bissap » en présentant ses excuses à la 2STV. « C’est un petit incident de parcours. Je crois qu’avec le directeur général El Hadji Ndiaye, on s’est bien expliqué. Notre équipe de veille nous a signalé un certain nombre d’incidents concernant des organes. Par rapport aux enjeux de la présidentielle, ce sont des choses qu’on ne pouvait pas laisser passer. On a jugé nécessaire de faire une sortie pour recadrer. On ne pouvait pas laisser des organes de presse avoir des comportements tendancieux », a d’emblée expliqué le candidat de la coalition « Sonko président » qui a joint l’équipe de la 2Stv au téléphone durant son édition spéciale. Poursuivant, il présente ses excuses à ladite télévision qui, à son avis, a été accusée à tort. « Je crois que la 2STV a été accusé à tort par quelqu’un qui, peut-être, n’a pas bien suivi. Nous présentons nos excuses à la 2STV mais, nous maintenons nos propos par rapport aux autres organes. Après vérification, on a constaté que la 2Stv restait très professionnelle. Ce sont des incidents qui arrivent. »


« Le deuxième tour est inévitable »

Par la même occasion, Ousmane Sonko s’est prononcé sur les résultats provisoires qui sont en train d’être divulgués. Selon lui, on ne peut pas, sur la base des résultats des bureaux témoins qui sont au nombre de 7000 parmi les 15 mille bureaux de vote, proclamer une victoire. Toutefois, il renseigne que ses représentants ont collecté l’essentiel des données aussi bien au niveau national, qu’au niveau de la diaspora. Avant de proclamer : « le deuxième tour est inévitable ». « Les tendances ont montré qu’on s’achemine vers un deuxième tour. J’admets que ce n’est pas à nous de proclamer les résultats. Ce rôle est dévolu à la Commission nationale de recensement des votes », a-t-il ajouté. A la question de savoir si c’est lui ou Idrissa Seck qui irait au second tour avec Macky Sall, Ousmane Sonko rétorque : « Nous n’entrerons pas dans la guerre des chiffres. Ce qui est sûr c’est que les chiffres de l’opposition cumulés dépassent ceux de Macky Sall. Attendons les résultats provisoires de la commission nationale et on saura le nombre de voix de chaque candidat ».

De même, le leader de Pastef rejette l’argumentaire selon lequel sa percée à Ziguinchor est le résultat d’un vote ethnique. D’après lui, il n’a jamais tendu de débat ethnique d’autant qu’il est issue d’une famille composée de sérère, toucouleur et diola. En plus, il ajoute que la Casamance est la zone la plus cosmopolite au Sénégal. « On ne peut pas identifier notre résultat par rapport à une localité précise », précise-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article