SOULEYMANE A. DIAGNE : « LES PISTES DE RELANCE DE L’ÉCONOMIE NATIONALE »

news-details
Après-Covid 19

La pandémie liée au nouveau coronavirus a mis à terre les moteurs de sénégalaise. Tous les secteurs sont impactés et les autorités étatiques réfléchissent déjà sur l’après Covid-19, c’est-à-dire sur les voies et moyens à emprunter pour la relance de l’économie. Invité de la matinale d’Iradio, Souleymane Astou Diagne, Docteur en économie, pense que pour réussir le pari, il faut doper les moteurs de la croissance par l’agriculture qui, informe-t-il, représente 8% du budget.

Également, poursuit-il, il faut réorganiser le secteur pour plus d’efficacité. « La réorganisation du secteur agricole va passer par une technologie pour doper les rendements agricoles pour également créer des filières porteuses de création d’emploi. Des banques de semences jusqu’à la création des biens, il doit y avoir des filières créées avec des emplois pour développer davantage l’économie nationale », a déclaré Souleymane Astou Diagne.

Autre secteur qu’il faudrait développer, celui des technologies. De l’avis de M. Diagne, le Sénégal est assez éloigné de la frontière technologique. Donc, il estime que les technologies doivent être utilisées pour avoir une politique industrielle qui permet de produire les biens et services dans le pays. « L’essentielle de la consommation des produits des sénégalais viennent de l’extérieur et, c’est comme si nous n’avions pas une certaine maitrise des outils technologiques pour pouvoir les faire chez nous. Même la petite aiguille, nous sommes obligés d’aller jusqu’en Chine pour l’acheter. Donc, cette maitrise technologique doit permettre au Sénégal de pouvoir produire des milliers de produits nécessaires à la satisfaction des besoins nationaux sur place et créer des emplois qui permettent de dynamiser davantage l’emploi et l’économie », indique-t-il.

RELOOKER L’ADMINISTRATION, DÉVELOPPER LA TECH’

Toujours dans son analyse, le Dr en économie prône le relooking de l’administration qui, à l’en croire, est, aujourd’hui, le vecteur de transformation des décisions de l’Etat. « Cette administration doit être relookée dans le sens de produire de nouveaux indicateurs de performances. Fort heureusement, il y a des programmes qui sont en cours dont le budget programme qui, aujourd’hui, est extrêmement important pour évaluer la capacité productive et les performances de notre administration. Je pense que si l’administration est mieux réformée, mieux mangée, l’économie du Sénégal pourra trouver son épingle du jeu dans cette période de Covid-19 », a déclaré Souleymane Astou Diagne. Ce dernier souligne qu’on doit repenser notre modèle économique dans le centre d’avoir une économique autocentrée. C’est-à-dire une économique basée sur nous-même.

Aujourd’hui, indique-t-il, « la Covid a montré que nous étions capables de vivre 4 mois voire 5 mois fermé. Ce qui n’était pas envisageable pour le sénégalais ordinaire, il y a un an. Donc, le modèle qu’on doit réinventer doit se baser sur la production des biens nationaux qui entrent dans la consommation propre des sénégalais avant conquérir des marchés étrangers et de limiter l’achat de biens et de services venant de l’étranger. Ce, parce que quand un sénégalais achète un bien à l’étranger il détruit des emplois au Sénégal et crée des emplois à l’étranger ».

Vous pouvez réagir à cet article