SOUPÇONS DE MALVERSATIONS FINANCIÈRES : OUMAR ZOUMARO SE LAVE PAR UNE PLAINTE

news-details
SELS ORIGINEL

Le secrétaire général du « SELS ORIGINEL » réfute l’information selon laquelle il a été destitué de son poste pour malversations financières. Joint au téléphone par Emedia.sn, Oumar Wally Zoumaro renseigne que les accusations n’émanent pas des instances du syndicat qu’il dirige mais plutôt d’une bande de copains basée à Thiès. « Ils ont tenu une réunion, ont sorti un faux document pour m’accuser », déplore le syndicaliste.

Zoumaro ne compte pas se laisser faire. Il est déterminé à laver son honneur. Ainsi, il a décidé de traduire en justice ses accusateurs. « Je ne vais pas laisser passer ces accusations. Il faudrait qu’une action en justice soit intentée. Nous prendrons nos responsabilités pour que cette affaire soit tirée au clair et que ceux-là qui sont des marionnettes du parti au pouvoir soient démasqués et sanctionnés », avertit M. Zoumaro. Qui dit être serein, même s’il est déçu par le comportement de certains de ses camarades. Lesquels ont été, à son avis, manipulés par des responsables politiques de la mouvance présidentielle pour ternir son image.

« Ce sont des agissements politiques. Ce sont de hauts responsables de l’Apr qui sont derrière ces gens-là. Ils sont en train de tout faire pour me mettre des bâtons dans les roues parce que je serais candidat à la candidature pour la présidentielle. Mais c’est peine perdue. Je suis opposant au président Macky Sall et tant qu’il sera à la tête de ce pays, je m’opposerai à lui. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente », a martelé le secrétaire général du Sels/Originel.

A l’en croire, ce n’est même pas possible qu’il détourne des fonds d’autant plus qu’il a la possibilité et le droit d’agir sur les fonds. « Je suis l’ordonnateur des dépenses et on ne me limite pas dans le syndicat. L’essentiel c’est de justifier toutes les dépenses effectuées. Je suis quitte avec ma conscience puisque j’ai toutes les preuves de ma gestion », rassure-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article