image

SUITE ET PAS FIN

image

Dans une lettre en date du 10 août 2022, le ministre de l’Environnement a refusé le stockage du nitrate d’ammonium à Ngoundiane. Mais le 31 août, le directeur général de la Douane a, dans une note, autorisé la cargaison qui devait acheminer 4 000 tonnes mais « sous réserve des autorisations administratives ». Une contradiction au sommet.

Qui a autorisé la société X-Logs à venir déposer 1980 tonnes de nitrate d’ammonium à Ngoundiane ? Aujourd’hui que les camions ont déjà quitté Ngoundiane (voir par ailleurs), le gouvernement va-t-il situer les responsabilités ? Pourquoi la société X-Logs a déchiré la lettre du ministre de l’Environnement lui intimant l’ordre de ne pas stocker son produit chimique à Ngoundiane ? Saisi, le ministre de l’Environnement par la voix de son directeur de cabinet, Cheikh Ndiaye Sylla, a refusé à ladite société le stockage du nitrate d’ammonium dans une lettre du 10 août 2022.

« J’accuse réception de votre correspondance citée en référence relative à une demande d’autorisation de stockage provisoire de produits non spécifiés destinés aux mines et carrières en République de Guinée. Par conséquent, mon département ne peut accorder une suite favorable à votre requête. Aussi, je vous demande d’expédier immédiatement vers le pays de destination les quantités de produits à votre disposition présentement dans le bateau d’importation en rade au niveau des eaux sénégalaises », a écrit M. Sylla au nom de Abdou Karim Sall.

4 000 tonnes devaient loger à Ngoundiane
De plus, le ministère de l’Environnement a précisé que l’exploitation d’un entrepôt doit faire l’objet d’une évaluation environnementale suivie d’une autorisation d’exploitation au titre des installations classées conformément à la règlementation sénégalaise en vigueur. « Je vous invite à vous rapprocher de la Direction de l’environnement et des établissements classés pour enclencher la procédure d’évaluation environnementale de votre entrepôt », a conclu le ministère de l’Environnement. 3 semaines plus tard, c’est un coup de théâtre : la Douane autorise le stockage dans sa lettre en réponse à la société X-Logs. Et d’ailleurs, à travers la missive du 31 août du directeur général de la Douane, on apprend que finalement c’est 4000 tonnes qui devaient être acheminées à la commune dirigée par Mbaye Dione

« J’accuse réception de votre lettre rappelée en référence par laquelle vous sollicitez l’autorisation d’entreposer à titre exceptionnelle 4 000 tonnes d’ammonium, objet de la facture 2022011 du 9 juin 2022 de la société Codex international Dmcc établie à Dubaï d’un montant total 5 808 000 dollars ainsi que du connaissement 6750377 du 2 juin 2022 de la société « Yara » en dehors de l’enceinte portuaire plus précisément dans le terre-plein d’une superficie totale d’un hectare, sis à 3 km de la ville de Ngoundiane vers la sortie après les carrières, objet du contrat de location visé en référence. A ce sujet, vous m’informez de vos difficultés rencontrées pour acheminer ce produit vers la République de Guinée à cause de l’hivernage », a exposé Abdourahmane Dièye, directeur général de la Douane.

Zones d’ombre
Le patron des soldats de l’économie : « En réponse, je marque mon accord pour le stockage à titre exceptionnel des quantités de nitrate d’ammonium sus visés dans le local susmentionné pour une durée de 3 mois non renouvelables sous réserve de disposer de toutes les autorisations administratives requises, compte tenu de la nocivité du produit. Durant le séjour de la marchandise, ce local devra être géré en relation avec les services de la subdivision des douanes de Dakar Port par le système de la double clé ; aucune opération ne pouvant y être effectué sans la présence et l’autorisation de l’administration des douanes. Vous voudriez bien vous rapprochez du Bureau des douanes compétent et de la subdivision des douanes de Dakar Port pour les modalités de mise en œuvre de cette décision ». La Douane avait-elle la réponse du ministère de l’Environnement ? Pourquoi, pour ce transfert, le gouverneur de la région de Thiès, le préfet, le sous-préfet de Thiénaba et le maire Ngoundiane n’étaient pas au courant ? Telles sont les grandes questions dans cette affaire qui n’a pas encore révélé tous ses secrets.

Babacar Guèye DIOP

10 septembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article