SUPPRESSION DU CFEE & DE L’ENTRÉE EN 6E : LE MINISTRE DE L’ÉDUCATION VEUT POUSSER LA RÉFLEXION

news-details
EDUCATION

Le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla, ne crache pas sur la proposition de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (COSYDEP) relative à la suppression de l’examen du Certificat de fin d’études élémentaires (CFEE) et de l’entrée en sixième. Mamadou Talla, qui s’exprimait à l’issue d’un atelier d’amélioration des apprentissages en mathématiques à l’élémentaire, a promis aux acteurs de s’y pencher. Tout en les invitant à pousser la réflexion.

« Je suis très heureux, a-t-il dit. Parce que c’est des sorties extrêmement importantes. Nous sommes dans une vaste communauté. COSYDEP, ils ont mené une belle réflexion. Nous allons travailler sur ce document pour voir comment on va l’exploiter. Mais, c’est vous dire tout simplement, que nous devrions être très dynamiques dans nos offres de formation. Donc des réflexions devraient être poussées à l’heure où au niveau mondial, on est en train de se poser la question sur quelle méthode de lecture, dans certains pays, ils sont en train de revenir sur la méthode syllabique, d’autre sur la méthode globale ou semi-globale. C’est important effectivement qu’on se pose des questions. Non seulement COSYDEP parle de cet examen mais nous avons également le BFEM. Nous avons une réflexion globale sur l’évaluation sur tout le système. Je voudrais les féliciter en attendant de travailler sur ce document. Et les encourager à être une force de propositions. Eux, les partenaires sociaux, les inspecteurs d’académie, les inspecteurs d’éducation de formation, les parents d’élèves. Donc, c’est tout un système, une grande famille de l’Education nationale. C’est ensemble qu’on pourra faire face. »

Entre autres motivations, lors de la publication d’un rapport sur le système éducatif sénégalais, Cheikh Mbow, le Directeur exécutif de la COSYDEP, a souligné que le Sénégal a souscrit aux Objectifs de développement durable (ODD), recommandant le maintien des enfants à l’école pendant dix (10) ans au moins. Or, a-t-il contesté, le cycle primaire qui s’arrête avec l’examen du CFEE et de l’entrée en 6e, ne dure que six (6) ans.

Ledit rapport a constaté, s’appuyant sur des enquêtes à l’aide de spécialistes, la médiocrité dudit système avec des taux de réussite de 37,65% au baccalauréat et 51,71% au Brevet de fin d’études moyennes (BFEM) nettement en dessous de la norme, fixée à 80%. Après l’évaluation de son système éducatif, la COSYDEP estime que le Sénégal en est entre 30 et 40%.

Fort de ce fait, Cheikh Mbow et Cie recommandent « un système de guidance scolaire » pour « démocratiser la réussite scolaire » à travers « une détection (très tôt) du talent chez les enfants ».

Vous pouvez réagir à cet article